Atteindre mes objectifs

plaquette expert
Partager :

La qualité de l’air est un enjeu de santé publique bien identifié aujourd’hui. Le rapport de l’Agence Européenne pour l’Environnement sur la qualité de l’air en Europe en 2016 estime à plus de 55 000 le nombre de morts prématurées en France liées à la pollution de l’air.

Des objectifs pour réduire les émissions de polluants dans l’air ont été fixés par les politiques publiques dans les Plans et Programmes à chaque échelon territorial. Pour les atteindre, quel est le bon diagnostic ? Comment choisir parmi les scénarios possibles ? De quelle façon mesurer l’efficacité des actions ? AtmoSud propose une méthode d’accompagnement de la prise de décision jusqu’au suivi.

Un accompagnement en trois étapes

L’air est un enjeu transversal. Quel que soit le domaine – énergie, urbanisme, transport, déchets, voirie…- chaque décision peut avoir un impact sur l’air. AtmoSud propose donc aux collectivités et à leurs services d’intégrer le paramètre « air » en amont de la réflexion sur leurs projets d’aménagement pour orienter les choix en fonction des enjeux de qualité de l’air, avec méthode, recul et des supports techniques géolocalisés.

Je pose le diagnostic

AtmoSud m’aide à me poser les bonnes questions. Quels sont les enjeux en termes de qualité de l’air sur mon territoire ; en fonction des émissions atmosphériques identifiées, quelles orientations seraient vraiment efficaces ? Je peux ainsi identifier les meilleurs leviers d’action.

J’évalue l’impact de mes décisions sur l’air et le climat avec différents scénarios

Une fois les leviers d’action priorisés, quels sont les choix les plus efficaces ? La modélisation réalisée par AtmoSud, permet d’estimer l’effet des actions envisagées sur l’exposition de la population. Je peux choisir la solution qui proposera le meilleur rapport entre gains en émissions et contraintes de mise en œuvre (financières, modification d’usages, délais...).

Je suis les résultats

AtmoSud met en place des indicateurs de suivi qui me permettent, mes services et moi, de mesurer les actions dans la durée et de communiquer sur celles-ci,selon une méthode homogène dans le temps et cohérente au niveau régional.

Un exemple de scénario tendanciel sur l’autoroute A7 dans la Vallée du Rhône pour les années 2015 et 2020

Un observatoire de l’air autour de l’axe routier de la vallée du Rhône a été créé en 2011 par Air Rhône-Alpes (devenu Atmo Auvergne-Rhône-Alpes) et AtmoSud en collaboration avec la société d’autoroute ASF. La phase de diagnostic a permis de cartographier l’exposition des populations et d’établir des scénarios selon différents paramètres de tendances.

La modernisation du parc de véhicules devrait limiter l’exposition de la population à la pollution. En 2020, moins de 1 % serait soumis à des taux supérieurs à la valeur limite de 40 µg/m3 contre 10 % en 2011. Pour les particules : près de 8 % de la population serait encore concernée par plus de 35 dépassements journaliers du seuil 50 µg/m3 contre 50% en 2011. En 2020, la population autour de l’axe routier en région Provence-Alpes-Côte d'Azur ne devrait pas être soumise à un dépassement des normes d’exposition.

Un suivi annuel de la cartographie sur le domaine de l’A7 et une mise à jour des indicateurs d’exposition permettra de communiquer aux services de l’État et aux populations riveraines l’impact réel de l’évolution de la qualité de l’air (source Atmo Auvergne-Rhône-Alpes – AtmoSud, 2012).

 

Pages