Bulletin mensuel Est des Bouches-du-Rhône - Août 2020

logo Bulletin mensuel Est des Bouches-du-Rhône - Août 2020
ombre
Découvrez l'air de votre département ce dernier mois !
fleche À la une fleche Actualité de l'air
fleche Qualité de l’air, risque allergique et nuisances
À LA UNE
barre
illusration Mise en service de la L2 : quel état de la qualité de l'air ... Mise en service de la L2 : quel état de la qualité de l'air ...
Une amélioration générale de la qualité de l’air a été constatée entre 2011 et 2019 dans la ville de Marseille, en lien avec la tendance nationale technologique mais également avec l’évol... Lire la suite
ACTUALITÉ DE L'AIR
barre
illusration Participez au e-colloque du projet CLIMAERA le 24 septembre ... Participez au e-colloque du projet CLIMAERA le 24 septembre ...
Publié le 24 juil 2020
illusration Journée nationale de la qualité de l’air : Atmo France et le... Journée nationale de la qualité de l’air : Atmo France et le...
Publié le 15 sep 2020
illusration Incendies du 04 et 05 août dans les Bouches-du-Rhône Incendies du 04 et 05 août dans les Bouches-du-Rhône
Publié le 05 aoû 2020
illusration Impact des incendies sur la qualité de l'air Impact des incendies sur la qualité de l'air
Publié le 28 aoû 2020
Voir toutes les actualités
QUALITé DE L’AIR, RISQUE ALLERGIQUE ET NUISANCES
barre

Qualité de l’air différente selon les villes

Carte des indices du mois d'août 2020 dans l'est des Bouches-du-Rhône

indicesqaaout2020.jpg

Les indices de qualité de l’air ont été majoritairement moyens à médiocres sur les villes de l’est des Bouches-du-Rhône, allant même jusqu’à être mauvais 2 jours sur Gardanne et 1 jour sur Meyreuil et Aix-en-Provence. Ceci, à l’occasion d’épisodes de pollutions à l’ozone qui se sont développés sur le département.

L’ozone se crée lors des journées chaudes et ensoleillées avec des brises faibles à partir des émissions du département : celles des villes ou de la zone industrielle de l’Etang de Berre (oxydes d’azotes, composés organiques volatils, etc.). Les incendies d’août qui ont ravagé certaines parties du territoire et des redémarrages d’industries de l’Etang de Berre ont été autant d’émissions supplémentaires à la photochimie sur le département.

Marseille, les Pennes Mirabeau et La Ciotat se distinguent avec une majorité d’indices bons. En effet, notamment pendant la première quinzaine d’août des journées ont été moins polluées qu'ailleurs à l’ozone.

 

ambroisie.jpg

Le risque d'allergie sur les Bouches-du-Rhône a varié entre très faible (niveau 1/5) et faible (2/5). Ces niveaux ont été conditionnés par un mélange de pollens de graminées, d’urticacées, d’ambroisie et d’armoise. Les allergiques doivent bien suivre leurs traitements et rester prudents lors des jours de mistral, ce dernier pouvant transporter les pollens d'ambroisie depuis la vallée du Rhône, où ils sont présents en quantités plus importantes.

Les allergiques doivent bien suivre leurs traitements et penser à aérer tôt le matin ou tard le soir.

Source : RNSA

Carte des indices polliniques.

Que faire en cas de risque élevé d'allergie aux pollens ?

 

5 épisodes départementaux de pollution à l'ozone

Maximum journalier en ozone le 8 août 2020 sur les Bouches-du-Rhône

o3bdr20200808.jpg

5 épisodes de pollution à l’ozone se sont produits sur les Bouches-du-Rhône les 1er, 6, 7, 8 et 25 août.

Les conditions météorologiques ensoleillées conjuguées aux émissions anthropiques ont été à l’origine de cette dégradation de la qualité de l’air. Sur les épisodes des 6, 7 et 8 août, les émissions liées aux incendies et aux redémarrages d’industries avec torchages étaient présentes également.

Le seuil d'information-recommandations à l’ozone sur une heure a été dépassé le 08/08 sur Aix les Platanes, avec 200 µg/m³ ; lors des autres jours d’épisodes de pollution sur les Bouches-du-Rhône, les maximums horaires ont pu atteindre :

- le 06/08 : 206 µg/m³  à Salon, 202 µg/m³  à Martigues, et 222 µg/m³ à Sausset-les-Pins ;

-  le 07/08 : 219 µg/m³ à Berre l’Etang.

Les maximums journalier de particules en suspension PM10 dans l'air ont été de 93 µg/m3/j à Gardanne le 03/08, et de 63 µg/m3/j ce même jour sur la station L2/A7. L’autre journée avec des maximums notables a été celle du 23/08, avec respectivement sur ces deux mêmes stations : 70 µg/m3/j et 46 µg/m3/j.

En PM2.5, le maximum a été de 19 µg/m3/j Place Verneuil à Marseille, 2 jours consécutifs les 9 et 10/08.

 

Rappel : Seuil d’information-recommandations : 180 µg/m3/h pour l’ozone, 50 µg/m3/j pour les particules et 200 µg/m3/h pour le dioxyde d’azote - Critères d’un épisode de pollution : 25 km2 (département) et 100 km² (région) et/ou 10 % de la population du département - Recommandations OMS pour les PM10 en moyenne journalière : 50 µg/m3/j ; recommandations OMS pour les PM2.5 en moyenne journalière : 25 µg/m3/j

> Que faire lors d'un épisode de pollution ?  Retrouvez tous les bons gestes ici.

> Visualisez la carte régionale.

 

Les nuisances

110 signalements ont été enregistrés dans l’est des Bouches-du-Rhône en août, dont 94 % en lien avec des perceptions d’odeurs (pour mémo, 108 en juillet).

103 signalements concernent des nuisances olfactives :

- 24 sur Bouc-Bel-Air , avec des odeurs chimiques, de soufre et industrielles en relation avec les émissions de Lafarge,

- 23 sur Marseille, avec des perceptions d’odeurs industrielles, d’hydrocarbures, d’incinérations, de soufre, odeurs chimiques, avec des sources citées telles que le port, SATR, Arkema, et des odeurs d’une déchèterie de l’avenue des Aygalades.

- 33 sur Les Pennes Mirabeau avec des odeurs nauséabondes de déchets ménagers liées à la déchèterie Jas de Rhodes,

- 18 sur Gardanne avec des odeurs de biogaz et de déchets de la déchèterie de la Malespine,

- 1 sur Cabriès avec une odeur de soufre ou d’hydrocarbure d’origine non déterminée,

- 2 sur Aix-en-Provence : odeur chimique,

- 2 sur Rousset : odeur d’égout.

1 signalement de brûlage sur Marseille

2 signalements de poussières, sur Marseille

2 signalements de bruit, sur Bouc Bel Air avec des gènes auditives liées à de l’industrie

2 signalements de nuisances non déterminées sur Les Pennes-Mirabeau
 
12 rapports de signalements ont été établis en ce mois d’août, dont 1 à Gardanne (ISDN La Malespine), 2 sur Bouc-Bel-Air (Lafarge), 1 à Marseille (en lien avec une déchèterie sur l’avenue des Aygalades) et 4 aux Pennes-Mirabeau (Jas de Rhodes).

Pour enregistrer une plainte : www.sro-paca.org/ Rubrique « Signalez une gêne » ou via l’application Signalement Air

 


 

Point mensuel de la surveillance de la qualité de l’air en regard de la rocade L2 (agglomération marseillaise) 

La L2 est ouverte dans son intégralité depuis le 23 octobre 2018. Le suivi de l'effet des reports de trafic liés à cette infrastructure, et à l'échelle de Marseille, est réalisé à l'aide de mesures et de modélisations.

Pour consulter les données des campagnes en cours dont celles de « L2 Kaddouz » , de « Jean Moulin », ou de « L2/A7 » rendez-vous dans la rubrique « stations de mesures et données » .

Pour plus d'information sur la surveillance de la qualité de l'air autour de la L2, consultez la fiche étude.

 

Résultats de la campagne "L2 Etat 1" et de l'évolution de la qualité de l'air 2011-2019 sur Marseille

localisationsitesl2.jpg

Pour documenter l’état de la qualité de l’air sur Marseille après l’ouverture de la L2, une vaste campagne de mesure « Etat 1 » s'est déroulée, concernant 155 sites dans l’agglomération sur deux périodes de mesures : l'une estivale (juin/juillet) et l'autre hivernale (novembre/décembre). Elle est intervenue environ plus de 6 mois après l'ouverture de la L2 dans son intégralité - depuis le 23 octobre 2018 - afin que les réorganisations circulatoires et de trafic se soient opérées et ainsi procéder à des mesures de qualité de l'air sur une situation établie. L"'État 0" a été documenté par de la mesure, avant la mise en service de la L2 en 2011 et 2014).

Les analyses :

Une amélioration générale de la qualité de l’air a été constatée entre 2011 et 2019 dans la ville de Marseille, en lien avec la tendance nationale technologique mais également avec l’évolution urbaine perceptible dans certaines grandes zones. Toutefois, l’enjeu d’une bonne qualité de l’air pèse encore sur des secteurs et sur une partie de la population qui reste exposée aux valeurs limites pour la santé humaine des populations, notamment en lien avec le trafic routier.
La couverture de la L2 protège les quartiers et les secteurs "en surface" des émissions du trafic de cette autoroute (Fourragère, Canet, Tilleuls...) et elle draine maintenant une partie du trafic supporté par les voies du centre-ville. L'aménagement urbain a également porté ses fruits avec la piétonisation du Vieux-Port et la requalification de voiries qui permet de réduire le trafic sur certains quartiers. On observe ainsi une amélioration sensible sur le Jarret ou encore notable sur Rabatau et Plombières.

Cependant, les niveaux de pollution peuvent rester élevés et dépasser la valeur limite  de 40 µg/m3  sur certaines zones spécifiques de Marseille, principalement sous influence du trafic routier :
- dans le centre : de Cap Pinède au Vieux-Port, tout le long de l’axe routier que représente la rocade du Jarret au niveau des boulevards Maréchal Juin, Françoise Duparc, Sakakini, Jean Moulin, ainsi que le boulevard Rabatau
- autour des principaux accès à la L2, à proximité immédiate de certaines têtes de tunnel et des tranchées ouvertes de faible longueur de la L2 : autoroute A7, le Merlan, Frais Vallon, Kaddouz et échangeur Florian/Pont de Vivaux.
Cependant, moins d'un tiers de la totalité des estimations annuelles réalisées dans le cadre de cette campagne est supérieur à cette valeur réglementaire.

no2campagne2019etat1.jpg

 

Toutes les cartes et données chiffrées sont disponibles dans le rapport d'étude : Etat de la qualité de l’air à l’échelle de la ville de Marseille après mise en service de la L2 (A507) - Juillet 2020

 

En cours

D'autres points de surveillance au niveau du tunnel de Montolivet : Depuis février 2019, des microcapteurs sont installés dans le tunnel Montolivet Sud de la L2. Pour réduire la pollution de l’air aux sorties des tunnels et ainsi limiter l’exposition des riverains, AtmoSud et le CETU (Centre d’Etudes des Tunnels) testent un dispositif innovant basé sur l’activation de la ventilation conditionnée par les niveaux mesurés par les microcapteurs. Ces derniers ont enregistré les données sur le terrain pour une phase d’observation, avant de passer, à la phase test de déclenchement de la ventilation.

 

Les stations de surveillance liées à la L2

3stations.jpg