Bulletin mensuel Est des Bouches-du-Rhône - Février 2021

logo Bulletin mensuel Est des Bouches-du-Rhône - Février 2021
ombre
Découvrez l'air de votre département ce dernier mois !
fleche À la une fleche Actualité de l'air
fleche Qualité de l’air, risque allergique et nuisances
À LA UNE
barre
illusration Il y a un an, le premier confinement : quel impact sur la qu... Il y a un an, le premier confinement : quel impact sur la qu...
Afin de limiter la propagation du virus COVID-19, le gouvernement a mis en place en 2020 deux périodes de confinement sur le territoire français, puis un couvre-feu depuis le 16 décembre 2020, effe... Lire la suite
ACTUALITÉ DE L'AIR
barre
illusration Un épisode de particules désertiques de grande ampleur Un épisode de particules désertiques de grande ampleur
Publié le 25 fév 2021
illusration Des études pour compléter les connaissances de l’impact des ... Des études pour compléter les connaissances de l’impact des ...
Publié le 24 fév 2021
Voir toutes les actualités
QUALITé DE L’AIR, RISQUE ALLERGIQUE ET NUISANCES
barre

Quelques journées polluées aux particules désertiques avec des indices « dégradés »

Carte des indices du mois de février 2021 dans l'est des Bouches-du-Rhône

indicesqafevrier2021.jpg

Les indices de qualité de l’air étaient majoritairement bons à moyens en ce mois de février. Cependant, selon les villes, entre 4 et 5 journées ont présenté des indices mauvais à dégradés, les 6, 10, 24, 25 et 26 février.  Hormis le 10 février, journée sur laquelle les polluants issus du trafic, des industries et du chauffage se sont concentrés en raison de moins de vent, les 4 autres journées ont été polluées aux particules sahariennes. En effet, 2 transports à grande échelle « transméditerranée » ont eu lieu en début et en fin de mois, avec un apport de particules PM10 (sables et poussières jaune-brun) qui sont venus s’ajouter aux sources locales.

 

frene.jpg

En février, le risque d'allergie aux pollens a été maximal, de 4/5 (« Elevé ») sur la première moitié du mois, puis de 5/5 (« Très élevé ») ensuite. Le risque d'allergie était lié aux pollens de cyprès qui ont été très présents dans l'air et ont gêné les personnes allergiques. Les pollens de frêne ont été responsables d'un risque d'allergie plus faible. Les allergiques doivent se méfier des journées douces, venteuses et ensoleillées qui constituent un très bon cocktail pour la dispersion des fortes concentrations de pollens dans l'air, et doivent également suivre leurs traitements et se protéger des pollens.

Source : RNSA

Carte des indices polliniques.

Que faire en cas de risque élevé d'allergie aux pollens ?

 

3 épisodes de pollution aux particules sur le département

Concentrations maximales journalières en particules pour la journée du 26 février 2021 dans le département des Bouches-du-Rhône

pm10bdr26022021.jpg

3 épisodes de pollution aux particules PM10 se sont produits courant février sur les Bouches-du-Rhône, les 6, 25 et 26 février.

Les teneurs en particules en suspension PM10 les plus élevées, dépassant le seuil journalier de 50 µg/m3 ont été enregistrées sur ces journées, et ont concerné à chaque fois plus de 68 % de la population du département.

  • le 06/02 : 93 µg/m3 sur le boulevard Rabatau à Marseille, 86 µg/m3 sur le boulevard Jean Moulin à Marseille, 66 µg/m3 à Saint Louis Marseille, 63 µg/m3 boulevard Kaddouz à Marseille, 62 µg/m3 sur le site L2/A7, et 55 µg/m3 à Longchamp Marseille.

  • le 26/02 : 76 µg/m3 sur les boulevards Rabatau et Jean Moulin à Marseille, 74  µg/m3 boulevard Kaddouz à Marseille et sur la station de Gardanne, 70 µg/m3 sur le site Aix Art, 67 µg/m3 sur Aix Centre, , 64 µg/m3 sur la L2/A7, et 58 µg/m3 à Longchamp Marseille.

Maximum atteint pour les autres polluants :

PM2.5 : les maximums journaliers sont enregistrés le même jour, le 26/02, avec 33 µg/m3 à Saint Louis Marseille, 32 µg/m3 à Gardanne, 31 µg/m3 à Aix Art, et 28 µg/m3 sur le boulevard Rabatau à Marseille.

Maximums horaires en NO2 : 173 µg/m3/h à Aubagne le 10/02, 140 µg/m3/h sur la L2/A7 le 24/02, et 116 µg/m3/h sur le boulevard Kaddouz à Marseille le 10/02.

Maximums horaires en O3 : 103 µg/m3/h dans la Vallée de l’Huveaune, le 28/02.

Le maximum horaire en dioxyde de soufre SO2 relevé a été de : 25 µg/m³/h, le 07/02, au niveau de la Place Verneuil à Marseille.

 

Rappel : Seuil d’information-recommandations : 180 µg/m3/h pour l’ozone, 50 µg/m3/j pour les particules et 200 µg/m3/h pour le dioxyde d’azote - Critères d’un épisode de pollution : 25 km2 (département) et 100 km² (région) et/ou 10 % de la population du département - Recommandations OMS pour les PM10 en moyenne journalière : 50 µg/m3/j ; recommandations OMS pour les PM2.5 en moyenne journalière : 25 µg/m3/j

 

> Que faire lors d'un épisode de pollution ?  Retrouvez tous les bons gestes ici.

> Visualisez la carte régionale.

 

Les nuisances

59 signalements enregistrés dans l’est des Bouches-du-Rhône en février, dont 86 % en lien avec des perceptions d’odeurs.

  • 51 signalements concernent des nuisances olfactives :

- 12 sur Les Pennes-Mirabeau avec des odeurs nauséabondes de déchets ménagers, de gaz et d’œufs pourris liées à la déchetterie Jas de Rhodes (Suez);

- 10 sur Bouc Bel Air avec des odeurs industrielles de soufre et de pneus brûlés liées à Lafarge (et visuellement : des fumées blanches);

- 7 sur Marseille, avec des odeurs de pots d’échappement, de fumées de bateaux ou des odeurs d’hydrocarbures (polluants la chaine de l’Etoile),

- 1 sur Cabriès : odeur industrielle par vent d’ouest;

- 1 sur Gardanne : odeur de biogaz de la déchetterie de la Malespine.

  • 6 signalements de brûlages (bois, jardin.) dont 2 sur Allauch, 3 sur Marseille et 1 sur Fuveau

  • 2 signalements de bruit sur Bouc Bel Air

4 rapports de signalement ont été établis en ce mois de février :

- 2 sur Bouc Bel Air en liaison avec des nuisances de Lafarge,

- et 2 sur Les Pennes-Mirabeau en provenance de ‘SUEZ Recyclage et Valorisation’

 

Pour enregistrer une plainte : www.sro-paca.org/ Rubrique « Signalez une gêne » ou via l’application Signalement Air

 

Point mensuel de la surveillance de la qualité de l’air en regard de la rocade L2 (agglomération marseillaise) 

La L2 est ouverte dans son intégralité depuis le 23 octobre 2018. Le suivi de l'effet des reports de trafic liés à cette infrastructure, et à l'échelle de Marseille, a été réalisé à l'aide de mesures, de campagnes de mesure et de modélisations spécifiques depuis une dizaine d'années.

Pour consulter les données des campagnes toujours en cours dont celles de « L2 Kaddouz » , et de « Jean Moulin », rendez-vous dans la rubrique « stations de mesures et données ».

 

Précisions quant à la temporalité à venir de la surveillance de la L2 :

- Le projet Borée concernant le secteur L2-Kaddouz et la surveillance de cette section autoroutière par la station se poursuivent en ce début d'année 2021.

- La station Jean Moulin poursuit ses mesures, en relation notament avec la requalification du Jarret pas tout à fait achevé, notamment sur sa partie nord.

- La station L2/A7 a été arrêtée courant mars. Les analyses de ses mesures sont diponibles dans le rapport d'étude L2 Etat 1, ainsi que dans les journaux d'observation du confinement  sur les stations de Marseille, publiés par AtmoSud. Les mesures passées sont toujours visualisables et téléchargeables en cliquant sur la station « L2/A7 » dans « stations de mesures et données ».

A moyen terme, la surveillance de la L2 sera pleinement intégrée dans l'observatoire de la qualité de l'air sur l'agglomération Marseillaise et la métropole, avec les méthodes d'évaluations ad-hoc : modélisations, prévisions, mesures, prise en compte de l'ensemble des données d'entrées pour l'analyse (trafics, météo, inventaires...)

Pour plus d'informations sur la surveillance de la qualité de l'air autour de la L2, consultez la fiche étude.

 

Résultats de la campagne "L2 Etat 1" et de l'évolution de la qualité de l'air 2011-2019 sur Marseille

  • Publiés en août 2020. Rapport d'étude :

Etat de la qualité de l’air à l’échelle de la ville de Marseille après mise en service de la L2 (A507) - Juillet 2020

 

En cours : le projet Borée

D'autres points de surveillance au niveau du tunnel de Montolivet : Depuis février 2019, des microcapteurs sont installés dans le tunnel Montolivet Sud de la L2. Pour réduire la pollution de l’air aux sorties des tunnels et limiter ainsi l’exposition des riverains, AtmoSud et le CETU (Centre d’Etudes des Tunnels) testent un dispositif innovant basé sur l’activation de la ventilation conditionnée par les niveaux mesurés par les microcapteurs. Ces derniers ont enregistré les données sur le terrain pour une phase d’observation, avant de passer, à la phase test de déclenchement de la ventilation en 2020. Les résultats sont en cours d'analyse.

Les stations de surveillance liées à la L2

3stations.jpg