Bulletin mensuel Est des Bouches-du-Rhône - Mai 2020

logo Bulletin mensuel Est des Bouches-du-Rhône - Mai 2020
ombre
Découvrez l'air de votre département ce dernier mois !
fleche À la une fleche Actualité de l'air
fleche Qualité de l’air, risque allergique et nuisances
À LA UNE
barre
illusration Trois semaines de déconfinement : quel impact sur la qualité... Trois semaines de déconfinement : quel impact sur la qualité...
Contexte Pour limiter la propagation du virus COVID-19, le gouvernement a mis en place un confinement généralisé à partir du 17 mars à midi, qui a pris fin le 11 mai 2020 sur l'ensemble de la ... Lire la suite
ACTUALITÉ DE L'AIR
barre
illusration Tout savoir sur le climat, l’air et l’énergie avec le bilan ... Tout savoir sur le climat, l’air et l’énergie avec le bilan ...
Publié le 09 juin 2020
illusration Nouvel outil pour visualiser l'impact du confinement sur la ... Nouvel outil pour visualiser l'impact du confinement sur la ...
Publié le 13 mai 2020
illusration Déconfinement : les deux bosses du chameau sont de retour Déconfinement : les deux bosses du chameau sont de retour
Publié le 19 mai 2020
illusration [COVID-19] Se déconfiner et préserver la qualité de l'air ap... [COVID-19] Se déconfiner et préserver la qualité de l'air ap...
Publié le 07 mai 2020
Voir toutes les actualités
QUALITé DE L’AIR, RISQUE ALLERGIQUE ET NUISANCES
barre

Qualité de l’air bonne sur les 15 premiers jours puis moyenne

Carte des indices du mois de mai 2020 dans l'est des Bouches-du-Rhône

indicesqamai2020.jpg

 

Les indices de qualité de l’air ont été bons, essentiellement durant les premiers 15 jours du mois, puis moyens, durant les 2 dernières semaines. A partir du 11 mai, journée de déconfinement, les activités ayant reprises progressivement, les niveaux de polluants ont augmenté à nouveau : ceux d’oxydes d’azote issus du trafic automobile ont toutefois subi une hausse légère, permettant de qualifier la qualité de l’air de « bonne », encore. Les niveaux d’ozone, par contre, ont contribué à faire augmenter les indices dans la classe « moyenne » : cet ozone s’est formé à partir des polluants du trafic ou de l’industrie et sous l’effet des ultraviolets du soleil, généreux en fin de mois.

 

graminees.jpg

Le risque d'allergie a été élevé sur les Bouches-du-Rhône,  avec un risque d’allergie de 4, car avec les températures estivales, les pollens de graminées ont été très présents dans l'air. Les pollens de chêne, de pariétaires (urticacées) et d'olivier l’ont été également, mais avec un risque d'allergie plus faible que celui des graminées. Les allergiques doivent bien suivre leurs traitements. Le printemps et ses pollens sont bien là !

Source : RNSA

Carte des indices polliniques.

Que faire en cas de risque élevé d'allergie aux pollens ?

 

Pas d'épisode départemental de pollution

Maximum journalier en O3 le 20 mai 2020 sur la région

O3 BDR 20 05 2020

Aucun épisode départemental de pollution n'a été observé dans les Bouches-du-Rhône durant le mois de mai.

Le seuil d'information-recommandations à l’ozone de 180 µg/m3 sur une heure n’a pas été dépassé. Le maximum horaire a été de 156 µg/m³ à Aix Les Platanes le 20/05.

Le maximum journalier de particules en suspension PM10 dans l'air a été de 51 µg/m3/j sur le Bd Jean Moulin à Marseille le 13/05, puis de 43 µg/m3/j au niveau de la station Aix Ecole d’Art le 15/05, …

En PM2,5, le maximum a été de 14 µg/m3/j à Marseille Place Verneuil le 20/05.

Le niveau horaire maximum en dioxyde d’azote a été enregistré sur la station autoroute L2/A7, avec 128 µg/m³ le 26/05 à 21h.

 

Rappel : Seuil d’information-recommandations : 180 µg/m3/h pour l’ozone, 50 µg/m3/j pour les particules et 200 µg/m3/h pour le dioxyde d’azote - Critères d’un épisode de pollution : 25 km2 (département) et 100 km² (région) et/ou 10 % de la population du département - Recommandations OMS pour les PM10 en moyenne journalière : 50 µg/m3/j ; recommandations OMS pour les PM2.5 en moyenne journalière : 25 µg/m3/j

> Que faire lors d'un épisode de pollution ?  Retrouvez tous les bons gestes ici.

> Visualisez la carte régionale.

Les nuisances

Signalements enregistrés dans l’est des Bouches-du-Rhône en avril : 80 (pour mémo 40 en avril), dont 85 % en lien avec des perceptions d’odeurs, incluant :

- 68 signalements qui concernent des nuisances olfactives :

28 sur Marseille avec des perceptions d’odeurs industrielles, d’essence, d’hydrocarbures, de goudron, de soufre, avec des sources citées telle que les navires, le port, SATR, Cérexagri, … 16 sur Bouc Bel Air, avec des odeurs chimiques et de soufre en relation avec les émissions de Lafarge, 13 sur Gardanne avec des odeurs de biogaz et de déchets de la déchèterie de la Malespine, 7 sur Les Pennes Mirabeau avec des odeurs de déchets ménagers liées à la déchèterie Jas de Rhodes; 4 sur Fuveau avec des odeurs de déchets ménagers en provenance de déchèterie de la Malespine située sur Gardanne, à la frontière de Fuveau.

- 8 signalements de brûlages (bois, jardin) : 5 sur Marseille (tailles de jardin, déchets verts, agriculture), 2 sur Allauch, et 1 sur Fuveau.

- 3 signalements de bruit dont 1 sur la ville de Gardanne lié à la fois à Altéo et à le centrale thermique et 2 sur Bouc Bel Air avec des gènes auditives liées à de l’industrie.

- 1 signalement de nuisance indéterminée sur Marseille.

 
5 rapports de signalements ont été établis en ce mois de mai dont 2 à Gardanne (ISDND Malespine), 2 à Bouc Bel Air (potentiellement Lafarge), et 1 à Marseille.

Pour enregistrer une plainte : www.sro-paca.org/ Rubrique « Signalez une gêne » ou via l’application Signalement Air

 

Point mensuel de la surveillance de la qualité de l’air en regard de la rocade L2 (agglomération marseillaise) 

La L2 est ouverte dans son intégralité depuis le 23 octobre 2018. Le suivi de l'effet des reports de trafic liés à cette infrastructure, et à l'échelle de Marseille, est réalisé à l'aide de mesures et de modélisations.

Pour consulter les données des campagnes en cours dont celles de « L2 Kaddouz » , de « Jean Moulin », ou de « L2/A7 » rendez-vous dans la rubrique « stations de mesures et données » .

Pour plus d'information sur la surveillance de la qualité de l'air autour de la L2, consultez la fiche étude.

En cours

Campagne de mesure "État 1" : Pour documenter l’état de la qualité de l’air sur Marseille après l’ouverture de la L2, une vaste campagne de mesure « Etat 1 » s'est déroulée, concernant environ 150 sites sur l’agglomération sur deux périodes de mesures : une estivale (juin/juillet) et une hivernale. Elle est intervenue environ plus de 6 mois après l'ouverture de la L2 dans son intégralité - depuis le 23 octobre 2018 - afin que les réorganisations circulatoires et de trafic se soient opérées et ainsi procéder à des mesures de qualité de l'air sur une situation établie. (L"'État 0" a été documenté par de la mesure, avant la mise en service de la L2 en 2011 et 2014). L'analyse des résultats est actuellement en cours.

D'autres points de surveillance au niveau du tunnel de Montolivet : Depuis février 2019, des microcapteurs sont installés dans le tunnel Montolivet Sud de la L2. Pour réduire la pollution de l’air aux sorties des tunnels et ainsi limiter l’exposition des riverains, AtmoSud et le CETU (Centre d’Etudes des Tunnels) testent un dispositif innovant basé sur l’activation de la ventilation conditionnée par les niveaux mesurés par les micro-capteurs. Ces derniers ont enregistré les données sur le terrain pour une phase d’observation, avant de passer, à la phase test de déclenchement de la ventilation.

 

Le point sur la station de Surveillance de la « L2/A7 »

Site de mesure - Marseille L2/A7

Cette station est installée depuis l’été dernier, en simultanée avec les campagnes pour l'état 1. Le rapport d’étude de ces campagnes fera l’objet d’une publication dans l’été. Il inclut les résultats sur la L2/A7.

Cependant, cette station ayant fonctionné toute l’année, certains résultats se retrouvent au niveau des actualités d’AtmoSud et dans les journaux de confinement et déconfinement dans lesquels figurent les niveaux d’oxyde d’azote existants sur l’autoroute ; les résultats des autres stations de surveillance de la L2 (« Kaddouz », et « Jean Moulin ») sont présents également. Voici quelques liens :

 

La station L2/A7 mesure depuis le 05/08/2019. Voici une analyse rapide des résultats du 05/08/2019 au 09/06/2020 (10 mois environ) :

Le niveau de NO2 (oxydes d’azote) sont élevés, au-delà de la valeur limite réglementaire qui est de 40 µg/m3 par an à ne pas dépasser. En effet, les teneurs de NO2 sur L2/A7 sont de 47 µg/m3. Cela est caractéristique d’une station de proximité du trafic automobile. Sur les autres stations dites "de trafic", dans Marseille, cependant, la valeur limite n’est pas atteinte, avec 37 µg/m3 pour le bd Jean Moulin) et 38 µg/m3 pour le Bd Rabatau (sur la même période). Le handicap sur l’autoroute provient du nombre de véhicules beaucoup plus important que sur les boulevards urbains.

En termes de particules (PM10), en revanche, la station L2/A7 mesure des niveaux plus faibles (25 µg/m3) que ceux des boulevards urbains (31 µg/m3 pour Jean Moulin et 30 µg/m3 pour Rabatau), essentiellement car le milieu est plus ouvert qu’en centre-ville avec une meilleure dispersion possible et des émissions différentes :  les sources de particules ne sont pas issues que du trafic routier. Celui-ci n’y est que pour un tiers des contributions. D’autres sources entrent en jeu comme les émissions du résidentiel/chauffage et celles de l’industrie.

Les mesures de la Station L2/A7 en NO2 confirment une situation polluée, en raison de l’autoroute. Les modélisations et campagnes de tubes (résultats à venir) montrent qu’après une cinquantaine de mètres au-delà de l’autoroute, les niveaux de NO2  passent en dessous de la valeur limite. Lorsqu’on s’éloigne de l’autoroute on ‘retombe’ dans l’ambiance urbaine.