Bulletin mensuel Est des Bouches-du-Rhône - Mars 2021

logo Bulletin mensuel Est des Bouches-du-Rhône - Mars 2021
ombre
Découvrez l'air de votre département ce dernier mois !
fleche À la une fleche Actualité de l'air
fleche Qualité de l’air, risque allergique et nuisances
À LA UNE
barre
illusration La Météo de l'Air : un projet innovant et pédagogique qui di... La Météo de l'Air : un projet innovant et pédagogique qui di...
Mobiliser les partenaires et les citoyens sur la qualité de l'air, engager le public et le rendre acteur, changer les comportements, innover à travers une initiative pédagogique et informative... t... Lire la suite
ACTUALITÉ DE L'AIR
barre
illusration Il y a un an, le premier confinement : quel impact sur la qu... Il y a un an, le premier confinement : quel impact sur la qu...
Publié le 17 mar 2021
illusration Les particules ultrafines sous haute surveillance	Les particules ultrafines sous haute surveillance
Publié le 19 mar 2021
illusration Ré-envols localisés de particules avec l'arrivée du Mistral... Ré-envols localisés de particules avec l'arrivée du Mistral...
Publié le 06 avr 2021
illusration Amende liée au brûlage des déchets verts en hausse Amende liée au brûlage des déchets verts en hausse
Publié le 12 avr 2021
Voir toutes les actualités
QUALITé DE L’AIR, RISQUE ALLERGIQUE ET NUISANCES
barre

Quelques journées polluées aux particules avec des indices « dégradés »

Carte des indices du mois de mars 2021 dans l'est des Bouches-du-Rhône

indicesqamars2021-v3.jpg

Les indices de qualité de l’air étaient en général bons à moyens, mais pour la moitié ou un quart d’entre eux, selon les villes, ils étaient dégradés.

Les journées avec une qualité de l’air dégradée se sont localisées en début et fin de mois, lors de périodes de stabilité de l’atmosphère.

La qualité de l'air est majoritairement impactée par les émissions du trafic routier et des chauffages. Le temps stable, avec des vents faibles à modérés, est un facteur aggravant la pollution atmosphérique en ne favorisant pas la dispersion des polluants. Des particules désertiques étaient présentes également en tout début de mois.

Durant le mois de mars, l’ensoleillement sur l’Est des Bouches du Rhône s’est accentué ; et notamment en milieu de mois, les indices de qualité de l’air étaient plutôt ‘pilotés’ par le polluant ozone.

En mars, le risque d'allergie aux pollens a été maximal, de 5/5 (« très élevé ») quasiment tout le mois, puis de 3/5 (« moyen ») durant les derniers jours du mois.

peuplier.jpg

Les concentrations de pollens de cyprès étaient très fortes, en lien avec un risque d'allergie maximal.

Le risque d'allergie était moyen pour les pollens d’autres essences : peupliers, aulnes, noisetiers, frênes et urticacées.

Dans ces cas-là, les allergiques doivent limiter leur exposition et bien suivre leurs traitements, surtout lors des journées ventées pendant lesquelles la dispersion des pollens dans l'air est favorisée.

Les pins ont été également en floraison en mars et ont pu produire un pollen jaune. Celui-ci n’est pas allergisant et n’a pas gêné les allergiques.

Source : RNSA

Carte des indices polliniques.

Que faire en cas de risque élevé d'allergie aux pollens ?

 

2 épisodes de pollution aux particules sur le département des Bouches-du-Rhône

Concentrations maximales journalières en particules pour la journée du 4 mars 2021 dans le département des Bouches-du-Rhône

20210304pm10paca.jpg

2 épisodes de pollution aux particules PM10 se sont produits sur les Bouches-du-Rhône, les 4 et 5 mars. La qualité de l’air s’est dégradée en raison de conditions météorologiques favorables à l'accumulation des polluants dans l'atmosphère et de la présence d'une masse d'air Saharienne qui a apporté des particules fines venant s'ajouter aux sources d'émissions locales. 

Les teneurs en particules en suspension PM10 les plus élevées, dépassant le seuil journalier de 50 µg/m3 ont été enregistrées à Marseille, sur les boulevards : Kaddouz avec 66 µg/m3 le 31/03, Jean Moulin avec 64 µg/m3 le 05/03 et Rabatau avec 65 µg/m3 le 05/03.

Maximum atteint pour les autres polluants :

Particules PM2.5 : les maximums journaliers sont enregistrés à Gardanne avec 33 µg/m3 le 04/03, sur le boulevard Rabatau à Marseille avec 31 µg/m3 le 05/03, et sur la Place Verneuil à Marseille avec 29 µg/m3 le 05/03.

Maximums horaires en dioxyde d'azote NO2 : 169 µg/m3/h sur la L2/A7 le 01/03 ; 131 µg/m3/h sur le boulevard Kaddouz à Marseille le 02/03 ; 122 µg/m3/h sur le boulevard Rabatau à Marseille le 05/03.

Maximums horaires en ozone O3 : 120 µg/m3/h à Aix/Les Platanes le 29/03, 120 µg/m3/h également dans la Vallée de l’Huveaune et à Aubagne, le 25/03.

Le maximum horaire en dioxyde de soufre SO2 relevé a été de : 19 µg/m³/h, le 02/03, au niveau de la Place Verneuil à Marseille.

Rappel : Seuil d’information-recommandations : 180 µg/m3/h pour l’ozone, 50 µg/m3/j pour les particules et 200 µg/m3/h pour le dioxyde d’azote - Critères d’un épisode de pollution : 25 km2 (département) et 100 km² (région) et/ou 10 % de la population du département - Recommandations OMS pour les PM10 en moyenne journalière : 50 µg/m3/j ; recommandations OMS pour les PM2.5 en moyenne journalière : 25 µg/m3/j

 

> Que faire lors d'un épisode de pollution ?  Retrouvez tous les bons gestes ici.

> Visualisez la carte régionale.

 

Les nuisances

Signalements enregistrés dans l’est des Bouches-du-Rhône en mars : 54, se répartissant comme suit : 70 % de perceptions d’odeurs, et 30 % de nuisances liées à des brûlages.

  • 38 signalements concernent des nuisances olfactives :

- 16 sur Bouc Bel Air avec des odeurs industrielles de soufre liées à Lafarge et visuellement, des panaches de fumées

- 7 sur Septèmes-les-Vallons combinant les nuisances de la déchèterie Veolia sur la commune avec des odeurs piquantes et chimiques et celles apportées par vent de nord-est par Lafarge Bouc Bel Air, avec des panaches de fumées noires et des odeurs métalliques.

- 5 sur Les Pennes Mirabeau avec odeurs « pestilentielles » de déchets ménagers en provenance de la déchetterie Suez

- 4 sur Marseille, avec des odeurs diverses industrielles ou de brûlages de pneus...

- 2 sur Gardanne : odeur de biogaz et de « pneus brûlés » en provenance de la déchetterie de la Malespine

- 2 sur Fuveau avec des odeurs de fumées en provenance de l’entreprise Dolza

- 1 sur Ceyreste : odeur de caoutchouc et d’ordures ménagères brûlées à l’entrée de Ceyreste

- 1 sur Saint-Cannat avec des odeurs de type industrielles

  • 16 signalements de brûlages (bois, jardin.) : 10 sur Fuveau en lien avec les brûlages de l’entreprise Dolza, 5 sur Marseille avec des brûlages de déchets verts dans des jardins de particuliers, 1 sur Allauch (aux Bellons)

 

7 rapports de signalement ont été établis en ce mois de mars :

- 3 sur Bouc Bel Air en liaison avec des nuisances de Lafarge,

- 4 sur Les Pennes Mirabeau en provenance de ‘SUEZ Recyclage et Valorisation’ au Jas de Rhode

 

Pour enregistrer une plainte : www.sro-paca.org/ Rubrique « Signalez une gêne » ou via l’application Signalement Air

 

Point mensuel de la surveillance de la qualité de l’air en regard de la rocade L2 (agglomération marseillaise) 

La L2 est ouverte dans son intégralité depuis le 23 octobre 2018. Le suivi de l'effet des reports de trafic liés à cette infrastructure, et à l'échelle de Marseille, a été réalisé à l'aide de mesures, de campagnes de mesure et de modélisations spécifiques depuis une dizaine d'années.

Pour consulter les données des campagnes toujours en cours dont celles de « L2 Kaddouz » , et de « Jean Moulin », rendez-vous dans la rubrique « stations de mesures et données ».

 

Précisions quant à la temporalité à venir de la surveillance de la L2 :

- Le projet Borée concernant le secteur L2-Kaddouz et la surveillance de cette section autoroutière par la station se poursuivent en ce début d'année 2021.

- La station Jean Moulin poursuit ses mesures, en relation notament avec la requalification du Jarret pas tout à fait achevé, notamment sur sa partie nord.

- La station L2/A7 a été arrêtée courant mars. Les analyses de ses mesures sont diponibles dans le rapport d'étude L2 Etat 1, ainsi que dans les journaux d'observation du confinement  sur les stations de Marseille, publiés par AtmoSud. Les mesures passées sont toujours visualisables et téléchargeables en cliquant sur la station « L2/A7 » dans « stations de mesures et données ».

A moyen terme, la surveillance de la L2 sera pleinement intégrée dans l'observatoire de la qualité de l'air sur l'agglomération Marseillaise et la métropole, avec les méthodes d'évaluations ad-hoc : modélisations, prévisions, mesures, prise en compte de l'ensemble des données d'entrées pour l'analyse (trafics, météo, inventaires...)

Pour plus d'informations sur la surveillance de la qualité de l'air autour de la L2, consultez la fiche étude.

 

Résultats de la campagne "L2 Etat 1" et de l'évolution de la qualité de l'air 2011-2019 sur Marseille

  • Publiés en août 2020. Rapport d'étude :

Etat de la qualité de l’air à l’échelle de la ville de Marseille après mise en service de la L2 (A507) - Juillet 2020

 

En cours : le projet Borée

D'autres points de surveillance au niveau du tunnel de Montolivet : Depuis février 2019, des microcapteurs sont installés dans le tunnel Montolivet Sud de la L2. Pour réduire la pollution de l’air aux sorties des tunnels et limiter ainsi l’exposition des riverains, AtmoSud et le CETU (Centre d’Etudes des Tunnels) testent un dispositif innovant basé sur l’activation de la ventilation conditionnée par les niveaux mesurés par les microcapteurs. Ces derniers ont enregistré les données sur le terrain pour une phase d’observation, avant de passer, à la phase test de déclenchement de la ventilation en 2020. Les résultats sont en cours d'analyse.

Les stations de surveillance liées à la L2

3stations.jpg