Bouches-du-Rhône, le 1er octobre 2018 : épisode de pollution aux particules

Visuel
terrain_vague_poussiere

Publié le 2 octobre 2018

Contenu
Contenu

Le mistral violent qui a soufflé sur le département a occasionné des ré-envols généralisés de particules dans l’atmosphère, phénomène nommé « arrachage ».

Des concentrations horaires en PM10 importantes ont pu être mesurées, par exemple : 558 µg/m3 sur la station Malet dans le bassin de Gardanne à 13hTU. Non seulement ces situations de mesures sous l’impact de stock de minéraux (charbon, bauxite, …) ont été confrontées à cet empoussièrement, mais également celles sous l’impact de particules soulevées de chantiers, de terrains vagues, issues de zones en travaux, et les cœurs de villes mêmes en raison du ré-envol général.

Un épisode de pollution aux particules PM10 s’est donc produit sur cette journée, avec 50 % de la population touchée dans les Bouches-du-Rhône et plus de 500 km2 concernés par des dépassements du seuil journalier de 50 µg/m3 (Seuil d’information recommandations).

pm10_carte_01102018.png

Pour mardi 2 octobre : le mistral persiste, le risque de ré-envol accompagné de niveaux importants en particules reste présent localement dans les Bouches-du-Rhône. Dans le reste de la région la qualité de l’air est bonne à moyenne.

 

AtmoSud surveille l’évolution de la qualité de l’air grâce à son dispositif de mesures permanent

Une attention toute particulière est portée aux niveaux de particules.
Vous pouvez suivre l'évolution des mesures en temps réel : http://www.atmosud.org/donnees/acces-par-station

Évolution des concentrations en particules pendant l’épisode du 1er octobre :

pm10_hor_01102018.png

Effets des particules fines sur la santé 

Plus les particules sont fines (granulométrie), plus elles pénètrent les voies respiratoires inférieures. Produisant des irritations, des altérations de la fonction respiratoire dans son ensemble. Certaines particules ont des propriétés mutagènes et cancérigènes.

Selon l’OMS « même à faible concentration, la pollution aux petites particules a une incidence sanitaire ; en effet, on n’a identifié aucun seuil au-dessous duquel elle n’affecte en rien la santé. » 

 

Pour signaler vos gènes et vos symptômes physiques en cas de pollution de l’air

Texte

Si vous ressentez  des symptômes physiques, vous pouvez contacter le numéro vert de l’Agence Régionale de Santé : 04 13 55 8000 ou ars13-alerte@ars.sante.fr

N’hésitez pas à signaler les gênes olfactives et autres nuisances liées à la pollution à AtmoSud. L’application « Signalement Air » est disponible gratuitement dans les stores pour iPhone et Android.