Actualité
7 avril 2020
Santé, économie et social
Etat des lieux qualité de l’air

[COVID-19] Deuxième semaine de confinement : quel impact sur l’air des grandes villes de la région Sud ?

traffic-113843_1280.jpg
Partager :

Afin de limiter la propagation du virus COVID19, le gouvernement a mis en place des mesures de confinement sur le territoire français depuis mardi 17 mars 2020 à 12h00. AtmoSud a publié dans le courant de la semaine dernière un premier bilan sur l’évolution de la qualité de l’air sur 6 grandes villes de la région Sud : Aix-en-Provence, Avignon, Gap, Marseille, Nice et Toulon.

Rappel des premiers résultats observés

Après plusieurs jours de restrictions de sorties et une baisse importante de la circulation, les concentrations d’oxydes d’azote et des traceurs du trafic routier avaient considérablement diminué sur chacune des villes :

  • -60% à Aix-En-Provence,

  • -30% à Avignon,

  • -65% à Gap

  • -80% à Marseille,

  • -70%  à Nice,

  • -40% à Toulon.

Si les concentrations des particules émises par les véhicules avaient baissé, celles issues de la combustion du bois avaient quant à elles augmenté.

Et qu'en est-il pour cette deuxième semaine de confinement ? Les tendances observées sont-elles similaires aux précédentes ? AtmoSud fait le point sur la situation jusqu’au 31 mars 2020.

Confirmation de l’impact du confinement sur la pollution automobile

 

terracota_and_turquoise_earth_hour_poster.jpg

La différence est plus importante dans les villes où le trafic routier est habituellement plus dense.

A titre d’exemple, la baisse des concentrations en oxydes d’azote reste significative sur la L2 à Marseille et sur la Promenade des Anglais à Nice; notamment depuis la fermeture de la Promenade et la baisse de la circulation routière sur la L2. Le graphique ci-dessous présente les concentrations moyennes journalières en oxydes d'azote avant et après mise en place du confinement :

nox_nice_marseille_31_mars.png

Si les concentrations en oxydes d’azote issues du trafic routier ont baissé, la tendance sur les particules est moins marquée, notamment car elles sont issues de sources plus diffuses.

Des particules toujours en hausse dans les 6  villes observées, en lien avec la combustion du bois

La tendance des niveaux de particules observée précédemment se confirme également. Les concentrations de particules augmentent sur les 6 villes étudiées. A titre d’exemple, Marseille et Toulon voient leurs concentrations de particules PM2.5 sur les stations de fond urbain doubler, avec des augmentations respectivement de +130% (Marseille Longchamp et Saint Louis) et +150% (Toulon Claret).

Ces particules émises en partie par la combustion de bois (chauffage et brûlage des déchets verts) s’accompagnement par ailleurs de particules secondaires formées par l’arrivée de conditions printanières associant une hausse des températures, de l’ensoleillement et peu de vent sur les 6 villes de la région Sud.

 

 

picto-attention_image_full.png

Les données concernant les analyseurs de dioxyde de soufre de la station de Martigues/Laurons, de black carbon et PM10 à Port-Saint-Louis-du-Rhône et d’ozone à Nice/Port, Manosque et Salon-de-Provence ainsi que celles du granulomètre de la station Marseille/L2 Kaddouz ne sont plus exploitables. Ces stations ne faisant pas partie du réseau minimum maintenu pendant le confinement, ces mesures ne seront donc plus diffusées au moins jusqu’à la fin de la période de confinement. Nous vous tiendrons informés de la mise en ligne des résultats.