Actualité
20 mars 2020
Air intérieur et habitat

[COVID-19] Le confinement des personnes mais pas du logement !

view-1602552_1920.jpg
Partager :

En ces temps de restriction des sorties nécessaire à la limitation de la propagation du virus COVID-19, pensez à la qualité de l’air intérieur de votre logement.

Le confinement des personnes au sein du logement ne veut pas dire le confinement du logement !

Nous passons en temps normal approximativement 80 % de notre temps dans des espaces clos (logement, travail, espaces publics, transports...). Actuellement, pour les personnes confinées, cette proportion peut dépasser 95 % du temps et ne concerne quasiment que le logement. Il est donc essentiel de mettre en place des bonnes pratiques pour réduire l’exposition aux polluants intérieurs dans ce dernier.

Respirez, aérez !

Le maître mot est d’aérer son logement régulièrement, au minimum 2 à 3 fois par jour pendant 5 à 10 minutes, surtout en cette période d’utilisation importante de gel hydroalcoolique. Le virus COVID-19 ne se véhiculant pas par l’air, il ne faut en aucun cas calfeutrer son logement pour essayer d’éviter son entrée. De manière générale, un manque de renouvellement d’air à l’intérieur des bâtiments est plutôt propice à la contagion entre les personnes. Si un système de ventilation mécanique est présent, il ne faut donc pas boucher les entrées d’air situées au niveau des fenêtres et les bouches d’extractions des pièces humides.

Evitez l'utilisation de parfums d’ambiance qui ajoutent inutilement des polluants intérieurs. Contrairement à certaines allégations commerciales, l’utilisation d’huiles essentielles en diffusion dans l’air, n’épure pas l’air intérieur. La plupart d’entre elles comprennent des terpènes qui provoquent une irritation des voies respiratoires et peuvent par conséquent nous rendre plus vulnérable aux maladie virales ou bactériennes. Oubliez également l’encens et le papier d’arménie qui émettent, lors de leur combustion une quantité importante de particules fines associées à des composés organiques volatils qui peuvent être nocifs pour la santé.

Lors des activités de cuisine, qui émettent des COV et des particules fines, veillez à bien aérer et à utiliser la hôte par extraction de la cuisine et/ou la 2ème vitesse de la bouche de ventilation de la cuisine.

Vous avez plus de temps chez vous, essayez donc de changer vos habitudes de ménage en utilisant des techniques ou produits d’entretien alternatifs, plus simples et moins polluants : nettoyage à la microfibre imprégnée d’eau, à la vapeur, utilisation de vinaigre d’alcool, bicarbonate de soude ou savon noir.

Et n'oubliez pas, le propre n'a pas d'odeur !