Épisode de particules désertiques

Visuel
sahara désert

Publié le 23 juin 2022

Contenu
Contenu

Notre région est impactée par des particules désertiques qui sont présentes dans l’air. Elles sont arrivées par un flux de sud mardi 21 juin dans les Hautes-Alpes et ont impacté le reste de la région mercredi 22 juin. Quel est l’impact sur la qualité de l’air ? A quoi peut-on s’attendre dans les jours à venir ? On fait le point sur la situation. 

Mardi 21 juin, les concentrations en PM10 ont augmenté dans les Hautes-Alpes sans dépasser le seuil d'information-recommandations de 50 µg/m3. Ce phénomène a été observé au même moment dans les départements alpins de la région Auvergne-Rhône-Alpes.

Mercredi 22 juin, une augmentation générale des concentrations en PM10 à été observée dans tous les autres départements de la région : 

  • Avec des dépassements du seuil d'information-recommandations dans les Bouches-du-Rhône et le Vaucluse
  • Sans dépassement du seuil dans les Alpes de Haute-Provence, les Alpes-Maritimes et le Var
Carte J-1 représentant les concentrations en PM10 du 22 juin 2022
Carte J-1 représentant les concentrations en PM10 du 22 juin 2022

Accéder à l'ensemble des données de mesures des stations fixes d'AtmoSud : https://www.atmosud.org/dataviz/mesures-aux-stations

D'où proviennent ces particules ?

Les particules émises localement par le trafic routier, le secteur industriel, etc. s'ajoutent à celles issues des régions du Sud de la Méditerranée (particules sahariennes notamment) où les vents locaux soulèvent d'importantes quantités de sable. Les masses d'air se chargent alors en particules. Ces dernières ne sont pas forcément visibles, elles sont généralement transportées à grande échelle en altitude, entre 1 et 4-5 kilomètres. Lorsque les masses d’air parviennent au sol, les concentrations de particules peuvent s'avérer importantes. Les retombées de particules sahariennes varient donc en fonction du déplacement des masses d'air.

Leur transfert d'une région à l'autre peut être visualisé sur le site de l'Université d'Athènes: https://forecast.uoa.gr/en/forecast-maps/dust/europe

Modélisation de l'impact des poussières désertiques

 

Les particules restent présentes mais les concentrations devraient diminuer

Les niveaux en particules pourraient être élevés jeudi 23 juin en lien avec l’épisode désertique de la veille, en particulier dans le Vaucluse. Cependant ils ne devraient pas franchir les seuils réglementaires.

Quel impact sur la santé ?

Ces poussières sont des particules dites grossières (PM10). Leur diamètre est inférieur à 10 micromètre, soit environ 5 fois plus petit que l'épaisseur d'un cheveu. Elles pénètrent moins facilement dans les organismes que les particules plus petites (PM2.5 entre autres) issues de phénomènes de combustion (chauffage au bois ou émissions automobiles).

Toutefois, leur quantité peut engendrer des effets sanitaires.

Recommandations sanitaires 

  • Limitez l’exposition aux produits irritants (tabac, solvants, peintures, chauffage au bois),
  • Maintenez les pratiques habituelles d’aération et de ventilation,
  • En cas de symptômes et de gêne inhabituelle, prenez conseil auprès de votre pharmacien ou de votre médecin.