Partager :

La remorque d'un camion de marchandises a pris feu vers 4 heures du matin mercredi 9 octobre. Ce camion circulait sur l'A8, entre Saint-Laurent-du-Var et Cagnes-sur-Mer. Les pompiers ont éteint le feu 2 heures plus tard. La circulation a été rétablie dans un sens tout d’abord, puis dans les deux sens en fin de matinée après l’enlèvement de l’épave.

Une fumée orientée vers le sud-est vers le quartier du Cros de Cagnes et les plages

Cet incident a provoqué, pendant l’incendie, un panache de fumée. Le vent de secteur nord-ouest modéré a pu diriger les fumées vers le quartier du Cros de Cagnes et les plages.

La conséquence sur la qualité de l'air est une augmentation du niveau de certains polluants, notamment des particules fines, sur les zones impactées.

La station de mesure d'AtmoSud la plus proche, située à Nice – Aéroport, est trop éloignée du lieu de l’incident pour en mesurer l'impact sur la qualité de l'air.

À noter que les cartes de qualité de l’air d’AtmoSud sont basées sur une modelisation calée sur la mesure et ne prennent pas en compte l'incident. La qualité de l'air était bonne globalement sur le territoire sauf localement durant l'incident ou elle a été dégradée. 

Des embouteillages sur l’ensemble des réseaux routiers

Entre Nice et Antibes, de nombreux embouteillages se sont produits, sur l’A8, mais également sur les réseaux routiers afférents. En terme de qualité de l’air, les émissions de polluants issues de la circulation routière ont été accrues, ce qui a pu dégrader la qualité de l’air sur les voiries concernées et aux alentours.

 

Aujourd'hui, jeudi 10 octobre, la situation est stabilisée.

Consultez les données de mesure d'AtmoSud : https://www.atmosud.org/donnees/acces-par-station

AtmoSud reste vigilant sur ces situations accidentelles.

Effets des particules fines sur la santé 

Plus les particules sont fines, plus elles pénètrent les voies respiratoires inférieures, produisant ainsi des irritations, des altérations de la fonction respiratoire dans son ensemble. Certaines particules ont des propriétés mutagènes et cancérigènes.

Selon l’OMS, Organisme Mondial de la Santé, « même à faible concentration, la pollution aux petites particules a une incidence sanitaire ; en effet, on n’a identifié aucun seuil au-dessous duquel elle n’affecte en rien la santé. » 

Une pollution ? une gêne ?

N’hésitez pas à signaler toutes pollutions visuelles ou gênes olfactives à AtmoSud.
L’application « Signalement Air » est disponible gratuitement dans les stores pour iPhone et androïd.