Installation d’un appareil de mesure des particules submicroniques à Nice

Visuel
station_nice_arson

Publié le 15 octobre 2018

Contenu
Contenu

Le 1er octobre, le service mesure d’AtmoSud a finalisé l’installation d’un compteur de particules à condensation sur le site de Nice/Arson, ayant pour but de surveiller les concentrations de particules submicroniques.

Ce dispositif a été installé pour une durée de plusieurs mois, afin d’évaluer les impacts de l’activité urbaine, notamment du trafic routier sur la qualité de l’air de ce territoire. 

Venant compléter les mesures effectuées à Marseille/Longchamp et Port-de-Bouc/La Lèque, ces données récoltées à Nice Arson, permettront aussi d’améliorer nos connaissances en lien avec les différentes sources de pollution en zone urbaine.

Une particule submicronique, qu’est-ce que c’est ?

La matière particulaire (PM) ou aérosol est constituée de particules solides ou liquides en suspension dans l’air. Leur taille s’étend sur plusieurs ordres de grandeur. Les catégories de tailles de particules les plus usuelles sont :

  • PM10 : d’un diamètre inférieur à 10 micromètres, elles sont dites “respirables” ou “inhalables” car elles pénètrent dans les bronches.

  • PM2.5 : d’un diamètre inférieur à 2,5 micromètres, elles sont appelées « particules fines ».

  • PM1 : d’un diamètre est inférieur à 1,0 micromètre, ces particules sont aussi appelées « particules submicroniques », elles comprennent les particules ultrafines (inférieures à 0,1 micromètre).

frise_taille_particules

Les risques pour ma santé

Les PM1 sont considérées comme parmi les plus dangereuses pour la santé, en raison de leur petite taille et de leur capacité à pénétrer en profondeur dans l’organisme. Elles peuvent atteindre jusqu’au dernier niveau des voies respiratoires, à savoir les alvéoles pulmonaires.

Elles présentent des risques pour le système cardiovasculaire et peuvent provoquer des inflammations ainsi que des maladies cardiaques et pulmonaires.

Le dispositif CPC

Le Compteur de Particules à Condensation (CPC) est une référence en matière de mesure de particules à échelle submicronique.

Cet outil de recherche fondamentale sur les aérosols recueille des informations sur la formation et la croissance des particules submicroniques mais aussi sur leurs origines, notamment les émissions liées aux transports et les différentes formes de combustions.

Il permet à AtmoSud de fournir des interprétations et des analyses servant d'éléments de base à la recherche en matière de santé; d'autant qu'à ce jour, il n'existe pas de norme règlementant le nombre de particules submicroniques dans l’air ambiant.

Remarque : le comptage particulaire dépend de la métrologie utilisée 

Dans l’air ambiant, les mesures de concentration de PM, sont de deux types : nombre et masse. Ainsi le comptage peut être exprimé en :

  • Nombre total de particules par cm3

  • Concentration massique, en µg/m3

De plus, les plages mesurées peuvent varier en fonction des appareils, d’où les différences majeures de résultat entre certaines mesures. Il est donc essentiel de prendre en compte l’ensemble de ces paramètres lors de la comparaison des résultats.

Dans le cas des dispositifs installés à Nice/Arson, Marseille/Longchamp et Port-de-Bouc/La Lèque, il s’agit de mesure en nombre total de particules.