Actualité
15 novembre 2019
Air intérieur et habitat
Santé, économie et social

La santé ne fait pas tabac

cigarette-666937_1920.jpg
Partager :

Le tabac constitue une pollution de l’air bien réelle, et si la fumée est considérablement nocive pour les fumeurs, elle l’est également pour les non-fumeurs qui la respirent. L’on parle alors de « tabagisme passif » ou encore de « tabac environnemental ».

 

La région Sud encore trop touchée par l’incidence du tabac

Selon l’ARS, la région Provence-Alpes-Côte d’Azur est la région la plus touchée par la prévalence du tabac à hauteur de 32,2% sans baisse significative depuis quelques années. C’est aussi une région où l’incidence du cancer du poumon et la mortalité associée sont supérieures à la moyenne nationale pour les femmes. (source)

A deux semaines de la fin du défi du Moi(s) sans tabac, il semble important de rappeler les effets du tabac sur la santé, qui constitue l’un des facteurs de pollution les importants dans nos logements.

 

Tabagisme actif et tabagisme passif 

La Santé Publique France estime que le tabagisme actif est responsable de plus de 75 000 décès, contre 5 000 décès pour le tabagisme passif, subi par les personnes non fumeuses qui inhalent la fumée des autres. La fumée du tabac impacte significativement la santé : elle contient plus de 7 000 produits chimiques dont 69 connus pour être cancérigènes. Les dangers sont en ce sens multiples et sont amplifiés en ambiance intérieure (dans des bâtiments, des véhicules etc.)

 

Fumer à l’intérieur peut nuire à votre santé

Nous passons entre 80 et 90% de notre temps dans des espaces clos et l’air intérieur est 6 à 8 fois plus pollué que celui de l’extérieur. (source OQAI) Ces polluants peuvent provenir de l’extérieur du bâtiment (air ambiant, sols…) ou de l’intérieur (matériaux et équipements du bâtiment et activités des occupants).

Dès lors qu’une personne fume en espace clos, la cigarette est la première source de pollution intérieure. La première exposition aux polluants de la cigarette se fait par inhalation de la fumée directement émise par sa combustion. Les polluants de cette fumée se concentrent dans les espaces intérieurs par effet de confinement.

Mais il existe deux autres types d’expositions aux polluants liés à la cigarette :

  • Les polluants émis imprègnent les surfaces de l’ensemble des matériaux intérieurs, ce qui explique les odeurs de tabac froid et provoque une seconde exposition des occupants.

  • Certains polluants de la cigarette réagissent avec d’autres substances déjà présentes pour produire des émissions secondaires de nouveaux polluants impactant la santé.

Les effets générés par la fumée de cigarette sont donc bien réels, ils impactent significativement la santé, avec des apparitions possibles de cancers du poumon, de maladies cardio-vasculaires, d’allergies, d’asthme, etc.

Les personnes les plus sensibles et vulnérables à préserver sont principalement les nourrissons et les enfants, les femmes enceintes, les personnes âgées et les insuffisants respiratoires et cardiaques.

 

Quels sont les bons gestes à adopter pour préserver mon entourage ?

Pour les fumeurs, il est évident que la meilleure solution pour se préserver et préserver son entourage est d’arrêter de fumer. Si cette solution ne semble pas envisageable, voici quelques recommandations :

  • Ne pas fumer à l’intérieur de son logement ou de son véhicule, même si les fenêtres sont ouvertes. Depuis 2016, il est « interdit à tous les occupants d’un véhicule de fumer en présence d’un enfant de moins de dix-huit ans » (Article L. 3515-1 du code de la santé publique)

  • En entrant chez soi, veiller à se changer afin de limiter l’impact des vêtements imprégnés des substances émises par les cigarettes et prendre une douche en se lavant les cheveux (qui sont également imprégnés)

  • A l’extérieur, éviter de fumer près des personnes les plus sensibles et vulnérables mentionnées plus haut dans l’article, ou les personnes que cela incommode.

Pour les femmes enceintes, il est primordial de ne pas fumer et que leur entourage respecte les recommandations ci-dessus.

 

Les cigarettes électroniques comme solution alternative ?

Les « vapoteuses » sont actuellement des alternatives aux cigarettes contenant du tabac. Si la majorité des études tendent à prouver que le vapotage est un peu moins préjudiciable que la cigarette, leur effet sur la qualité de l’air intérieur et la santé n’en est pas moins réel : émissions d’aldéhydes, effets cardiovasculaires et respiratoires…