Actualité
22 janvier 2019
Transports maritime, aérien et ferroviaire
Outils de surveillance et information
Etat des lieux qualité de l’air

Les permanences environnement du port de Nice

Maritime : quai port nice
Partager :

De juin à décembre 2018, la métropole Nice Côte d’Azur et la Chambre de Commerce et d’Industrie (CCI) des Alpes-Maritimes ont réalisé et animé des permanences environnement au sujet du Port de Nice. Afin d’informer la population de la qualité de l’air sur le secteur du port, AtmoSud était présent à l’ensemble de ces réunions.

Les permanences reviendront prochainement en 2019.

A quoi servent-elles ?

L’objectif des permanences port est de collecter les doléances des riverains et de répondre à leurs questions en leur fournissant des données environnementales ainsi qu’une expertise sur des sujets spécifiques.

Les principaux points abordés avec les riverains sont les suivants:

  • Les fumées des navires : incidences sur la qualité de l’air.

  • Résultats des mesures des principaux polluants atmosphériques : particules, dioxyde de soufre, dioxyde d’azote.

  • La teneur en soufre des carburants maritimes.

  • La création en Méditerranée d’une zone de contrôles des émissions de soufre (zone SECA).

  • Les énergies propres : notamment GNL, branchement électrique des navires (ferries, en particulier).

  • D’autres points concernant la thématique bruit.

L’ensemble des problématiques et des questions soulevées lors de ces réunions permettent d’alimenter les recherches du groupe de travail « environnement », géré par la commission locale de la proximité et de l’environnement (CLPE) de la métropole. 

Le groupe de travail « environnement » du port de Nice

Présidé par Monsieur Roger Roux, Président de la Commission des Activités Maritimes et Portuaires et le docteur Andrée ALZIARI-NEGRE, conseillère métropolitaine, le groupe de travail « environnement » du port de Nice comprend un ensemble d’acteurs très diversifiés : associatifs, riverains, armateurs, élus, organismes, etc. Ces acteurs collaborent afin de proposer des améliorations de la gestion du quartier du port afin qu'il demeure « le poumon économique de la ville tout en restant un lieu remarquable, apprécié par tous »[1].

Des actions concrètes pour l’amélioration de la qualité de l’air du port de Nice

Après un diagnostic de la qualité de l’air du port, basé sur les campagnes de mesures temporaires d’AtmoSud, des actions ont été mises en œuvre, à commencer par la surveillance de la qualité de l’air. Depuis juillet 2017, date où le port de Nice était déjà le leader européen en matière de surveillance air et bruit (nombre d’appareils de mesure au km²), les moyens de surveillance mis en place n’ont pas cessé de se renforcer. À titre d’exemple, de juin à juillet 2018, des mesures de polluants non règlementés ont été effectués sur le port de Nice. Cette démarche s’inscrit dans la volonté d’aller au-delà de ce qu’impose la règlementation.

Des mesures en continu ont été effectuées par AtmoSud en partenariat avec la métropole à partir de juillet 2017. Ces dernières ont démontré que pour les différents polluants observés, les niveaux de fond mesurés au port de Nice sont similaires à ceux mesurés en situation urbaine et que ponctuellement, l’activité portuaire et maritime induit des phénomènes de pollution brefs mais intenses.

Pour répondre aux besoins des riverains et servir l’intérêt général sur le port et autour du port, des consignes de terrain ont d’ores et déjà été données :

  • l’éco-conduite des navires lors des manœuvres dans le port

  • le positionnement des ventilations en direction de la mer plutôt que vers les habitations

  • un protocole de chargement pour les navires de marchandise en lien avec la filière du ciment pour limiter les émissions de poussières.

La mission du groupe de travail « environnement » du port de Nice se poursuivra tout au long de l’année 2019.

 

Pour participer aux prochaines permanences contactez :

Lucie MEZZANOTTI

Direction des PORTS D'AZUR
Tél : 04 89 98 12 91

lucie.mezzanotti[at]nicecotedazur.org


[1] Commision Locale de la proximité et de l’environnement (CLPE), Groupe de travail « environnement, qualité de l’air », 11 avril 2018.