Actualité
23 septembre 2019
Odeurs et bruit

Nuisances olfactives à la base nautique du Roucas Blanc à Marseille

Etude Roucas Blanc - Marseille - odeurs 1
Partager :

Des échanges entre différentes délégations de la Ville de Marseille, direction de la mer, service de la santé et de la médecine du travail, se sont concrétisés par des actions de caractérisation des fortes odeurs identifiées sur la base nautique du Roucas Blanc. Ces odeurs s’apparentent à de l’hydrogène sulfuré (H2S) et sont en provenance de stocks de feuilles de posidonies en décomposition dans les bassins. Elles sont à l’origine de nuisances importantes qui se sont intensifiées au début de l'été ; elles perturbent l'activité des personnels sur la base.
Suite au signalement de ces nuisances, AtmoSud a réalisé des mesures sur la base nautique du vendredi 19 juillet au jeudi 29 août 2019.
AtmoSud a mené des investigations, afin d’établir un premier diagnostic des niveaux de H2S et de les comparer aux valeurs réglementaires dans l’air ambiant.

Des niveaux d’hydrogène sulfuré très variables d’un jour à l’autre

Profil journalier H2S - Roucas Blanc - été 2019
  • Bien que la teneur en H2S varie d'un jour à l'autre, le profil journalier moyen montre une hausse entre minuit et 6 heures du matin, le niveau minimal est compris entre 10 et 15 heures
  • Les concentrations les plus importantes mesurées sont liées à des vents faibles, et principalement d’un large secteur sud, soit liées à une source potentielle présente à faible distance et située au sud de la station
  • Les mesures en continu d’hydrogène sulfuré ont montré des dépassements des valeurs de référence d’exposition aiguë.

 

Des niveaux qui dépassent les valeurs de référence d’exposition aiguë

Lors de cette campagne de mesures, les niveaux d’H2S observés sont globalement importants au niveau de la base nautique du Roucas Blanc à Marseille, avec notamment :

Etude Roucas Blanc - Marseille - odeurs 2
  • Un dépassement de la valeur guide journalière proposée par l’OMS (150 µg/m3 sur 24 heures)
  • Trois dépassements de la valeur toxicologique de référence aiguë proposée par l’ATSDR (100 µg/m3 sur 24 heures) - Agency for Toxic Substances and Disease Registry
  • Un dépassement de la valeur guide de seuil olfactif proposé par l’OMS (7 µg/m3 sur 30 minutes) quasi-continu (environ 85% de la période de mesures)

De plus, l’évolution des niveaux observés depuis le début de la campagne semble indiquer une hausse au cours des deux dernières semaines de mesures.

Afin de réduire l'impact des gênes olfactives à la zone émettrice des odeurs, un périmètre de sécurité a été mis en place, en concertation avec les différents acteurs engagés (Mairie de Marseille, Marins-Pompiers de Marseille). Au regard des mesures effectuées par AtmoSud, ces mesures sont maintenues jusqu’aux travaux prévus pour éliminer la cause de ces nuisances.