Actualité
29 octobre 2018
Etat des lieux qualité de l’air

Pesticides : bilan 2012-2017 en Provence-Alpes-Côte d’Azur

pesticides
Partager :

AtmoSud publie le bilan des concentrations de 59 substances recherchées en 2016 et 2017 sur les sites de Port-de-Bouc, Avignon, Toulon, Nice et Cavaillon (Les Vignères) avec une analyse comparative depuis 2012. Ces résultats alimentent l’Observatoire Régional des résidus de Pesticides dans l’air, piloté par AtmoSud.

A SAVOIR : D'où proviennent les pesticides ? Quel lien avec les biocides?
Le terme « pesticide » regroupe une large gamme de molécules synthétiques ayant des utilisations diverses : phytopharmaceutiques, biocides, antiparasitaires humains, antiparasitaires vétérinaires. Une même matière active peut entrer dans la composition de plusieurs préparations commerciales aux usages variés.

Une baisse des pesticides pour les 59 molécules recherchées

Globalement, de 2012 à 2017, notamment pour les 2 sites d’Avignon et de Cavaillon, le cumul des concentrations a diminué de -90 % en moyenne sur l’ensemble des 59 molécules recherchées.

Le fongicide appelé « folpel », la substance la plus enregistrée en 2017 est en nette diminution

Dans les échantillons de 2016, aucune présence du folpel n’a été observée. Ce fongicide reste néanmoins la substance la plus enregistrée en 2017. Cette même année, les concentrations cumulées en folpel atteignent un maximum de 27 ng/m3 à Avignon. Les concentrations cumulées de cette substance à Cavaillon étaient de 107 ng/m3 en 2012 et de 19 ng/m3 en 2017. Soit une diminution, par rapport à 2012, de -82 % pour 2017.

Des herbicides toujours présents, notamment le pendiméthaline

Le maximum du cumul d’herbicides est enregistré systématiquement à Cavaillon avec 4 ng/m3 en 2015, 12 ng/m3 en 2016 et 15 ng/m3 en 2017. Le principal herbicide responsable de ces niveaux est la pendiméthaline. Elle est présente sur tous les sites. Les pourcentages moyens de détection pour cette molécule sont de 36 % en 2015, 63 % en 2016 et 66 % en 2017. Néanmoins, les cumuls de concentrations en herbicides ont fortement baissé depuis 2012 (-48 % à Cavaillon, -69 % à Avignon et -98 % à Toulon).

L’insecticide prédominant est la perméthrine

Le site rural de Cavaillon n’enregistre plus les plus forts cumuls d’insecticides. Les taux les plus hauts sont découverts à Nice. Les concentrations cumulées du chlorpyriphos-éthyl ont considérablement chuté. Enregistré à hauteur de 711 ng/m3 en 2012 sur le site de Cavaillon,  le chlorpyriphos-éthyl est retrouvé à 5 ng/m3 en 2016 et 6 ng/m3 en 2017. Ceci correspond à une diminution de -99 % entre 2012 et 2017. L’insecticide prédominant est la perméthrine. Cette substance représente 28 % des concentrations tous insecticides et sites confondus en 2017, et sa concentration aboutit à un maximum de 7 ng/m3 à Nice pour la même année.

Le lindane, substance interdite, toujours présente dans l’air, même si en baisse depuis 2012

Le lindane est, comme les années précédentes, retrouvé dans plus de 95 % des échantillons et sur tous les sites. Cette substance est pourtant interdite depuis 1998. Les concentrations moyennes sont en baisse de -85 % par rapport à 2012.

Plus de détails sur les résultats 


AtmoSud participe à une campagne exploratoire nationale de mesure des résidus de pesticides dans l’air.  

L’Anses, l’Ineris et le réseau des AASQA fédéré par ATMO France participent à une campagne de mesure des résidus de pesticides dans l'air. Cette première campagne nationale vise à améliorer les connaissances sur les pesticides présents dans l'air ambiant et ainsi mieux connaître l'exposition de la population sur le territoire national. Cette campagne permettra à terme de définir une stratégie de surveillance des pesticides dans l’air.

En région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur, 3 sites sont concernés : Les Vignères (Cavaillon), Avignon et Carpentras. La campagne se déroule de juin 2018 à juin 2019.

En savoir plus sur cette campagne nationale


POUR ALLER PLUS LOIN
UN ARTICLE SCIENTIFIQUE SUR LA DISTRIBUTION TEMPORELLE ET SPATIALE DES PESTICIDES VIENT EGALEMENT DE PARAITRE DANS « ATMOSPHERIC ENVIRONMENT » !

AtmoSud vient de publier, en collaboration avec le Laboratoire de Chimie de l’Environnement, un article scientifique :

Marine Désert, Sylvain Ravier, Grégory Gille, Angélina Quinapallo, Alexandre Armengaud, Gabrielle Pochet, Jean-Luc Savelli, Henri Wortham, Etienne Quivet,  « Spatial and temporal distribution of current-use pesticides in ambient air of Provence-Alpes-Côte-d’Azur Region and Corsica, Franc », Atmospheric Environment, Volume 192, November 2018, Pages 241-256. https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1352231018305752

Si vous souhaitez obtenir l'article dans sa version intégrale, merci de nous contacter .