Actualité
6 novembre 2018
Etat des lieux qualité de l’air

Pollution atmosphérique trop élevée en Europe. Et en Provence-Alpes-Côte d’Azur ?

Photo exposition pollution
Partager :

Dans son rapport publié le 29 octobre 2018, l’Agence Européenne pour l’environnement note le lourd bilan pour les populations - 422 000 décès prématurés dans 41 pays européens en 2015 - mais note cependant les efforts des politiques européennes - le nombre de décès prématurés dus aux PM2,5 a été réduit d’environ un demi-million par an. L’OMS pour sa part, en marge de sa première Conférence mondiale sur la pollution de l’air et la santé, déclare « La pollution de l’air est l’une des principales menaces à la santé des enfants, représentant près d’un décès sur 10 chez les enfants de moins de cinq ans [dans le monde] ».

Une qualité de l’air qui s’améliore mais une valeur limite en dioxyde d’azote toujours pas respectée

Pour la plupart des polluants réglementés, la qualité de l’air s’est améliorée, sauf pour l’ozone, qui reste relativement stable.

tendance 207-2017

Malgré cette tendance à l’amélioration, plus de 145 000 personnes résident encore dans une zone dépassant la valeur limite réglementaire pour la protection de la santé en Provence-Alpes Côte d’Azur (source : bilan de la qualité de l’air 2017 d’AtmoSud). Ce chiffre s'élève à près de 4 millions de personnes en considérant les lignes directrices de l'Organisation Mondiale de la Santé.

«Dans la zone industrielle de la Métropole Aix-Marseille Provence, comme à Marseille, on respecte les seuils règlementaires européens en matière de particules fines. Ce n’est pas encore le cas pour certains polluants, comme le dioxyde d’azote, pour lequel la valeur limite est largement dépassée partout dans le territoire », précise Dominique Robin, directeur d’AtmoSud.

Les populations les plus exposées vivent dans les centres urbains, proches des grands axes ou à proximité de sites industriels. Une singularité du territoire industriel réside dans la diversité des espèces chimiques présentes avec un fort potentiel d' « effet cocktail ».

indice exposition 2017

Des évolutions différentes en fonction des territoires.

Pour le dioxyde d’azote, polluant issu principalement du transport,  les concentrations se sont globalement améliorées entre 2000 et 2017 (en moyenne - 22% au niveau régional / - 30% au niveau national). Cette amélioration est moins marquée dans les agglomérations d’Aix-Marseille et de Nice Côte d’Azur (entre -5 et 20%) que dans les agglomérations de Toulon, Avignon ou dans l’ouest des Bouches-du-Rhône

atmosud-graphno2-2000-2017

Evolution annuelle des concentrations en dioxyde d'azote (en % base année 2000) dans les principales agglomérations de la région et dans le territoire industriel (Ouest des Bouches-du-Rhône)

Dans les grandes villes, les questions de transports et de mobilité restent donc prédominantes même si des aménagements et des efforts sont prévus pour gagner sur la place de la voiture (augmentation offre Transport Collectif, , requalification de quartiers en Éco Quartiers, de voirie, Bus à Haut Niveau de Service...)

Les Plans de Protection de l’Atmosphère en réponse aux injonctions de la Commission européenne

 « Les politiques menées par le passé, celles en cours et les évolutions technologiques ont permis de réaliser des progrès lents mais constants dans la réduction de ces impacts négatifs.» constate l’Agence Européenne de l’Environnement dans son rapport 2018.

Mais la Commission européenne sévit à l’encontre des mauvais élèves, dont la France. En 2011, la Commission européenne poursuit la France devant la Cour de justice pour non-respect des valeurs limites de qualité de l’air applicables aux particules en suspension (PM10). En Mai 2018, la France est renvoyée devant la Cour de justice européenne pour des infractions répétées au dioxyde d’azote.

 

carte ppa

Périmètre des Plans de Protection de l'Atmosphère (PPA)

L’Etat français, sous l’autorité des Préfets de département, met en place 4 Plans de Protection de l’Atmosphère (PPA). AtmoSud participe à leur création et à leur suivi.

L’évaluation des PPA révisés dit de seconde génération (2013-2018) a été publiée le 19 septembre 2018. Résultat : une amélioration de la qualité de l’air a été constatée entre 2007 et 2017 mais celle-ci ne permet pas d’atteindre l’ensemble des objectifs fixés initialement. Aussi, de nouveaux PPA seront établis sur les Bouches-du-Rhône, l’agglomération de Toulon et l’agglomération de Nice ; celui du Vaucluse arrivera lui à échéance en 2019. En savoir plus

 

Peut – et doit - mieux faire !   

Afin d’atteindre les résultats attendus le plus rapidement possible concernant les émissions de dioxyde d’azote, outre ces nouveaux PPA, le ministère de la transition écologique et solidaire confirme engager des moyens :

  • un fonds « air-mobilité » a été créé au sein de l’ADEME avec une dotation de 180 M€ pour la période 2018-2022 (...) pour accompagner la mise en œuvre des feuilles de route des préfets.

  • le futur projet de loi d’orientation des mobilités permettra de renforcer les mesures en faveur de la qualité de l’air. Il prévoit notamment des financements pour accompagner le déploiement de zones à faibles émissions dans les territoires les plus pollués, mais aussi pour soutenir les mobilités moins polluantes comme le vélo et les mobilités partagées comme le covoiturage. » Source le ministère de la transition écologique et solidaire.