Bilan de l’activité pollinique 2017

pollen enfant - source fotolia
Partager :

Le RNSA a fait le bilan de l’activité pollinique en 2017. En région Provence-Alpes-Côte d’Azur, les quantités des principaux pollens allergisants sont globalement plus faibles que l’année précédente pour le cyprès, le bouleau et l’ambroisie, mais supérieure pour les graminées.

Une année marquée par 4 pics polliniques importants en février et mars

Le potentiel allergisant de la plante, les conditions météorologiques ou encore l’avancée de la saison, jouent sur l’effet allergène des pollens dans l’air.

Concernant la dispersion des pollens, l’année 2017 n’a pas été représentative d’une année moyenne. La saison pollinique a commencé de manière traditionnelle avec l’apparition de pollens de cupressacées (dont les cyprès) dès janvier sur le pourtour méditerranéen, le pic de la saison se déroulant aux mois de février et de mars.

Les températures douces au mois de février ont permis aux autres arbres de débuter précocement leur floraison.

Les premiers pollens de bouleau sont apparus sur les capteurs dès la fin du mois de mars. Les pollens de graminées, dont l’allergie est la plus répandue en France, ont été détectés sur les capteurs de la côte Atlantique dès le mois de février. La concentration de ces pollens dans l’air a augmenté progressivement assez tardivement, dans le courant du mois de mai.

La période de pollinisation des graminées a été très longue se prolongeant jusqu’aux mois de juillet et août. Le pollen de l’ambroisie a été émis dans l’air en 2017, avec plus d’une semaine d’avance par rapport aux années moyennes de pollinisation.

L’activité pollinique 2017 montre 4 pics de mi-février à mi-mars mais reste globalement similaire à la moyenne des trois dernières années.

taxons pollens 2017

Le pic le plus important atteint une valeur moins élevée que celui de 2016 (1 722 grain/ m3 en 2017 contre 2676 grain/ m3 en 2016).

L’index pollinique moyen de 2017 est nettement inférieur à 2016 (moyenne des 7 capteurs).

Les résultats (RNSA) de la pollinisation des arbres et des herbacées en 2017

pollens 2017

Que faire en cas de risque élevé d'allergie aux pollens ?

En cas de risque élevé, le RNSA conseille aux personnes allergiques de suivre scrupuleusement leur traitement.

recommandations sanitaires pollen

 (source : rnsa)

Être encore plus attentif à ces recommandations en cas de pics de pollution atmosphérique

Les facteurs de pollution atmosphérique : il existe des relations triangulaires entre pollution, pollens et allergie. La pollution peut à la fois agir sur les pollens en modifiant leur structure biochimique extérieure et par là même leur allergénicité et sur les muqueuses respiratoires de l'homme en modifiant sa sensibilité immunologique aux grains de pollens.

Où trouver les informations pollens sur le site AtmoSud ?
Consulter la carte régionale du Risque allergique aux pollens dès la page d’accueil du site.
Rendez-vous à la Rubrique « l’air de ma région » / Abonnez-vous sur le site au bulletin quotidien de l’air de votre commune ou région  pour recevoir cette information hebdomadaire.
Rendez-vous à la rubrique « Recevez nos bulletins »