Bilan 2015 de la qualité de l'air dans les Alpes de Haute-Provence

Partager :
Bilans annuels
25 octobre 2016

2015 : un territoire protégé mais une large partie de la population toujours exposée à l’ozone en période estivale

Des émissions de polluants modestes en regard de la région PACA
Les Alpes de Haute-Provence contribuent peu à la pollution émise en région PACA : de 0,1 % des émissions régionales pour le nickel à 5,5 % pour le benzène (C6H6). Les émissions d’oxydes d’azote et de particules fines PM10 représentent respectivement 3 % et 6 % des émissions en PACA. Seules les émissions de composés organiques volatiles non méthaniques (COVNM), issus principalement des rejets de la végétation, sont parmi les plus importantes de la région (15 %) avec les Bouches-du-Rhône (22 %) et le Var (31 %).

La tendance régionale de baisse des niveaux de polluants marque le pas en 2015
La tendance à la baisse observée ces dix dernières années (-20 à -40 % selon les polluants) dans l’ensemble de la région PACA concernant la pollution chronique par les particules fines, le dioxyde d’azote et le benzène marque le pas en 2015. Les évolutions technologiques des véhicules mais aussi la crise économique (fermeture d’industries, rationalisation de l’utilisation des véhicules, …) expliquent cette tendance qui semble atteindre ses limites.

Une population qui reste exposée à la pollution photochimique en période estivale
La quasi totalité de la population du département est exposée à la pollution chronique à l’ozone.
Huit épisodes de pollution à l’ozone ont été observés dans le département en 2015, de même ordre de grandeur que ceux présents dans les départements plus méridionaux de la région.