Etat de la qualité de l’air à l’échelle de la ville de Marseille après mise en service de la L2 (A507) - Juillet 2020

Partager :
Rapport d'études
09 septembre 2020

Une amélioration générale de la qualité de l’air a été constatée entre 2011 et 2019 dans la ville de Marseille, en lien avec la tendance nationale technologique mais également avec l’évolution urbaine perceptible dans certains secteurs.

La couverture de la L2 protège les quartiers et les secteurs "en surface" des émissions du trafic de cette autoroute (Fourragère, Canet, Tilleuls...) et elle draine maintenant une partie du trafic supporté par les voies du centre-ville. L'aménagement urbain a également porté ses fruits avec la piétonisation du Vieux-Port et la requalification de voiries qui permet de réduire le trafic sur certains quartiers. On observe ainsi une amélioration sensible à Jarret ou encore notable à Rabatau et Plombières.

Cependant, certains niveaux de pollution restent élevés et dépassent les valeurs limites dans la ville de Marseille, exposant ainsi les populations. Comment comprendre ce phénomène ? Ce sont les trafics denses dans la ville et ceux importants sur les voies d'échanges interurbaines qui en sont les principales causes. La L2 engendre localement des effets négatifs, notamment au niveau des têtes de tunnels et des tranchées ouvertes.

Quels résultats faut-il retenir ?