Épisode de pollution aux particules fines prévu les 6 et 7 février

Visuel
PSL Station

Publié le 6 février 2024

Contenu
Contenu

Les concentrations de particules fines ont augmenté ce lundi 5 février, en lien avec l'utilisation les chauffages au bois qui émettent des particules fines et des conditions météorologiques anticycloniques propices à l'accumulation des polluants.
La qualité de l'air devrait continuer de se dégrader le mardi 6 février sur l'ensemble de la région. L'absence de vent et les inversions thermiques nocturnes participent à l'accumulation des polluants, particulièrement sur les départements des Bouches-du-Rhône et du Var où les niveaux de particules fines PM10 pourront dépasser localement le seuil d'information-recommandations (50 µg/m3/j).
Des poussières désertiques provenant du Sahara devraient également impacter les concentrations de particules sur l'Ouest de la région.

Mercredi et jeudi, les conditions météorologiques (vents faibles et températures douces) devraient se maintenir sur la région. Les concentrations de particules fines devraient rester à des niveaux élevés. Le seuil d'information-recommandations pourrait être dépassé sur les départements des Bouches-du-Rhône, du Var et du Vaucluse, le mercredi 7 février. Un vent de sud-est et la pluie devraient arriver jeudi en fin de journée et mettre fin à l'épisode de pollution sur la région.

Hausse des particules liées au chauffage au bois

Les niveaux de particules fines PM2.5 sont actuellement en hausse sur notre région. Et cette pollution concerne principalement les zones rurales et les périphéries des villes en lien avec l'utilisation des chauffages au bois.

Niveaux observés dans le Var

Des valeurs inhabituelles en particules fines PM2.5 ont été mesurées à la station périurbaine de Fréjus/Saint-Raphaël dans le Var, station nommée "Esterel". Les concentrations ont atteint 268 µg/m3 le dimanche 4 à 22h et 207 µg/m3 le lundi 5 février à 23h. Ces élévations des concentrations en PM2.5 se sont accompagnées d’une augmentation de concentrations en particules fines PM10 au même moment. Cette évolution simultanée signe la contribution d'une source de combustion : le chauffage au bois.
Pour rappel, le chauffage au bois qui est à l'origine de plus de 45% des émissions de particules fines PM2.5 en région Sud.

données PM2.5 Esterel - 4 au 6 février 2024

Suivez en temps réel les concentrations en polluants de la station "Esterel".

Une nuisance liée au brûlage a été signalée le 4 février dans la soirée sur la plateforme SignalAir. Signaler les nuisances que vous percevez : https://www.signalair.eu/fr/ ou sur smartphone avec l’application SignalAir (A télécharger sur Android et l'App Store)

Particules désertiques sur les Hautes-Alpes

En début de journée du 5 février, les niveaux de particules fines PM10 dans les Hautes-Alpes sont largement supérieurs à ceux des particules plus fines PM2.5, traduisant la présence de particules désertiques.

particules Hautes-Alpes - 4 et 5 février 2024

 

Les vents locaux des régions du Sud de la Méditerranée (Sahara notamment) soulèvent d'importantes quantités de sable. Les masses d'air se chargent alors en particules et sont transportées par flux de sud vers notre région où elles s'ajoutent à la pollution locale issue du chauffage au bois et du trafic routier.

Ces dernières ne sont pas forcément visibles, elles sont généralement transportées à grande échelle en altitude, entre 1 et 4-5 kilomètres. Lorsque les masses d’air parviennent au sol, les concentrations de particules peuvent s'avérer importantes. Les retombées de particules sahariennes varient donc en fonction du déplacement des masses d'air.

Leur transfert d'une région à l'autre peut être visualisé sur le site de l'Université d'Athènes : https://forecast.uoa.gr/en/forecast-maps/dust/europe

dust - 6 février 2024
Titre
Tout savoir sur les particules fines
Texte

Les particules fines sont majoritairement issues de toutes les combustions incomplètes liées aux activités industrielles ou domestiques, ainsi qu’aux transports. Elles peuvent également être d’origine naturelle (érosion des sols, pollens, feux de biomasse, etc.).

Les particules sont classées en fonction de leur taille :

  • Les PM10 ont un diamètre inférieur à 10 micromètres, elles sont dites « respirables » car elles pénètrent dans les bronches.
  • Les PM2.5 ont un diamètre inférieur à 2,5 micromètres, elles sont appelées « particules fines ». Elles pénètrent profondément dans l’appareil respiratoire jusqu’aux alvéoles pulmonaires et peuvent passer dans la circulation sanguine.
  • Les PUF ont un diamètre inférieur à 0,1 micromètres. Elles sont appelées « particules ultrafines ».

Les particules sont des irritants du système respiratoire et du système cardio-vasculaire. Certaines sont cancérigènes.