Partager :

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) vient d’annoncer de nouveaux seuils relatifs à la qualité de l’air pour protéger l’environnement et la santé des populations.

Que faut-il retenir ?

Ces nouvelles recommandations se basent sur les données les plus récentes quant à l’effet des polluants sur la santé. Elles abaissent la quasi-totalité des seuils de référence pour les principaux polluants atmosphériques.

L’OMS précise que le dépassement de ces nouveaux seuils est associé à des risques importants pour la santé, tandis que leur respect peut sauver des millions de vies.

Si ces nouvelles valeurs guides étaient respectées, près de 80% des décès liés au PM2.5 pourraient être évités.

Organisation Mondiale de la Santé

Ces préconisations rappellent l’importance d’une meilleure qualité de l’air pour notre santé. Elle réaffirme qu’avec les changements climatiques, la pollution atmosphérique est l’une des principales menaces environnementales pour la santé.

Impact des nouvelles lignes directrices (LD) de l’OMS sur les populations de la région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur

Ces nouvelles lignes directrices augmentent considérablement le nombre de personnes exposé en région Sud, comme en attestent les chiffres ci-dessous :

impact nouvelle LD OMS 2021

La ligne directrice du dioxyde d’azote NO2 a été abaissée de 40 µg/m³ à 10 µg/m³.

En conséquence, en 2019 on note que 80% de la population étaient exposés à un dépassement de cette nouvelle ligne directrice. En 2020, 67% de la population reste concernés par un dépassement, alors qu’une baisse spectaculaire des activités et donc des concentrations avaient été observées.

La ligne directrice PM10 connait la baisse relative la plus faible, passant de 20 µg/m³ à 15 µg/m³. La population exposée augmente cependant beaucoup à cause des effets de seuils et de la plus faible variabilité spatiale des particules. On note ainsi une augmentation supérieure à 80% en 2019 et supérieure à 55% en 2020.

La ligne directrice PM2.5 est quant à elle divisée par deux, passant de 10 µg/m³ à 5 µg/m³, et passe en conséquence sous le niveau de fond évalué pour la région. Toute la population est estimée en dépassement.

Influence du changement des lignes directrices de l’OMS sur les indicateurs

Moyennes annuelles de dioxyde d’azote selon les lignes directrices

Nouvelles recommandations OMS - impact NO2
Les principaux polluants (oxydes d’azote et particules) ont baissé sur la région au cours des 20 dernières années. Cependant, l’ozone se maintient à un niveau élevé.
Les nouvelles valeurs OMS rappellent qu’il faut maintenir les efforts pour continuer d’améliorer la qualité de l’air dans la région Sud.
AtmoSud, avec son réseau de surveillance et ses adhérents partenaires, s’engagent et renforcent les actions visant à améliorer la qualité de l’air pour inspirer un air meilleur.