Partager :

A Toulon, en 2018, les émissions du secteur maritime représentent 21 % des émissions de particules fines PM2.5 et 40% des émissions d’oxydes d’azote (NOx). A La Seyne-sur-Mer, commune située à l’ouest de la rade, les émissions du secteur maritime représentent 19 % des émissions de particules fines PM2.5 et 21 % des émissions d’oxydes d’azote.

 

Un réseau de surveillance renforcé autour de la rade de Toulon pour évaluer l'impact de l'activité portuaire

image_station_ddtm_tpm.jpg

 

En 2020, avec le soutien de la Région Sud Provence-Alpes-Côte d'Azur, AtmoSud a mis en place un réseau de surveillance de la qualité de l’air accentué autour de la rade de Toulon.

L'objectif ? Mieux évaluer l’impact de la pollution issue de l’activité portuaire sur les riverains proches et accompagner les acteurs portuaires dans un déploiement optimal de leur politique territoriale air.

 

Dans ce cadre, ont été mises en places :

  • Une campagne de mesure du dioxyde d’azote (NO2) par échantillonnage passif sur une quinzaine de sites répartis autour de la rade de Toulon, dont 5 sites également équipés de mesure de benzène, toluène, éthylbenzène et xylènes (BTEX);
  • Une station mobile de mesure déployée au début du mois de juillet 2020 sur le toit du bâtiment accueillant les services de la DDTM 83 avenue de l'infanterie de marine à Toulon. Cette station mesure, en continu, les oxydes d’azote (NOx), le dioxyde de soufre (SO2) et les particules en suspension de diamètre inférieur à 2.5 µm (PM2.5);
  • Une campagne participative avec des riverains volontaires consistant à mesurer les concentrations en nombre des particules fines à leur domicile autour du port de Toulon.

 

Une influence urbaine et maritime observée

Site mobile dit toit DDTM 83

  • Les concentrations en NO2 et PM 2.5 mesurées sont comparables aux niveaux de fond urbain (station de Toulon Claret);
  • Les concentrations en NO2 sont inférieures à la situation trafic (Toulon Foch);
  • Aucun paramètre ne dépasse la valeur repère horaire ou journalière;
  • Des phénomènes de pics sont relevés, très ponctuels, associés aux panaches des navires;
  • L'orientation du vent est très différente de celle attendue (site seulement 7% sous les vents provenant des quais).

Echantillonnage passif autour de la rade

  • L'influence des ports n'est pas significative en moyenne;
  • Les concentrations sont comparables aux niveaux urbains de l'ensemble de la région;
  • Les niveaux en benzène sont largement inférieurs à l'objectif de qualité.

Compteurs de particules chez les riverains

  • Au Nord du terminal ferries de Toulon, les niveaux maximums proviennent à la fois des quais des navires et du centre de la ville;
  • A l'Est du terminal ferries de Toulon, les niveaux maximums proviennent uniquement des quais des navires.

Si vous souhaitez obtenir plus de détails sur la campagne 2020, le rapport complet est disponible en ressource associée de cette actualité.

 

Poursuite des mesures en 2021 et 2022

Les mesures et résultats observés nécessitent d’être approfondies pour améliorer la représentativité des zones les plus exposées, couvrir l’ensemble de la rade par des analyseurs de référence et mieux accompagner les acteurs portuaires dans la mise en place d’aménagements spécifiques de réduction des émissions de polluants, comme l’électrification des quais prévue à Toulon.

Pour cela, les mesures en continu se poursuivent en 2021 et 2022 avec le soutien de la métropole Toulon Provence Méditerranée et la Chambre de Commerce et d'Industrie du Var. Par ailleurs, des moyens complémentaires de mesure seront déployés durant la période estivale 2021 permettant de mieux identifier le signal des navires dans les niveaux de polluants.

toulon_floquage.jpg

 

Si vous souhaitez obtenir plus de détails sur la campagne en cours, la fiche-étude est disponible en ressource associée de cette actualité.