Une campagne de grande envergure en cours autour du port de Marseille

Visuel
SCIPPER

Publié le 6 juillet 2021

Contenu

Le projet SCIPPER, c'est quoi ?

Contenu

Un navire d'observation, des drones renifleurs, des laboratoires mobiles, des microcapteurs : une campagne d'observations intensive se déroule autour du port de Marseille pour mieux connaître la contribution des navires à la pollution de l'air.

Dans le cadre du projet européen SCIPPER, une campagne de mesures se déroule du 6 au 9 juillet à bord d'un bateau situé autour du port de Marseille. L'objectif ? Comparer les émissions des oxydes de soufre et d'autres polluants avec la campagne de mesures qui a été réalisée en 2019, avant la mise en place de la nouvelle réglementation.

SCIPPER 1

Des drones renifleurs pour contrôler les émissions des navires

Depuis le 1er janvier 2020, une nouvelle réglementation impose à tous les navires du monde de réduire leurs émissions d’oxydes de soufre afin de ne pas dépasser la norme de 0,5%. Pour observer l’impact de cette réglementation, AtmoSud a testé l’utilisation de drones renifleurs dans le cadre du projet européen SCIPPER (Shipping Contributions to Inland Pollutions – Push for the Enforcement of Regulations). Équipés de capteurs électrochimiques, les drones traversent le panache de gaz d’échappement des navires afin d’en analyser la teneur en soufre.

 

SCIPPER drone navire
Le drone est au plus près du panache de fumée

Titre
Le projet SCIPPER en images