Energie et climat : état des lieux du Vaucluse

energie solaire et eolienne
Partager :

Dans le département du Vaucluse, comme sur l’ensemble de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, les questions relatives à l’énergie et au climat se posent avec une grande acuité. En effet, la qualité de l’air du territoire et la lutte contre le changement climatique dépendent des actions à mener en termes de sobriété énergétique et de baisse des émissions de gaz à effet de serre. Les actions de réduction des émissions polluantes peuvent être à la fois bénéfiques pour la santé des populations et pour l’environnement et le climat, à condition que les deux sujets soient abordés simultanément. La prise en compte des aspects Gaz à effet de serre et Energie dans les bilans de la qualité de l’air, réalisés par AtmoSud, permet de rapprocher les thématiques abordées dans le cadre des études. Les thématiques Energie et Evolution du climat sont soutenues au travers de la participation aux plans locaux et régionaux (SRADDET, PCAET) mais également hors de ces champs relevant strictement d’actions gouvernementales. AtmoSud est également membre de l’ORECA : l’Observatoire Régional Energie, Climat, Air, depuis 2008.

La région Provence-Alpes-Côte d'Azur, un hot spot du changement climatique

Il est aujourd’hui largement reconnu que la Méditerranée est une des régions les plus vulnérables au changement climatique. Selon le GIEC une hausse des températures de 2 à 3°C est à prévoir en région méditerranéenne à l’horizon 2050, et de 3 à 5°C à l’horizon 2100. Les précipitations estivales pourraient diminuer de 35 % sur la rive sud et de 25 % sur la rive nord d’ici la fin du siècle.

La région Provence-Alpes-Côte d'Azur est déjà confrontée à d’importants problèmes de stress hydrique, de désertification, de pertes de biodiversité et d’évènements climatiques extrêmes tels qu’inondations et sécheresses. En cohérence avec l’augmentation des températures, le nombre de journée très chaudes croit également (jours avec température maximale supérieure à 30°C). Les données météorologiques relevées à Carpentras (Station locale de Météo France) illustrent ces phénomènes.

En effet, la moyenne des températures minimales et maximales relevées en 2018/2019 se situent globalement au-dessus des normales saisonnières (1981-2010). L'été 2019 a été particulièrement chaud, avec des températures maximales 2 à 3°C au dessus des normales.

meteo_carpentras.png

Evolution mensuelle des températures à Carpentras en 2018/2019 (source Météo France)

L’énergie au centre des préoccupations

Bien que les émissions de Gaz à effet de serre sur le Vaucluse proviennent principalement du trafic routier (48%), les secteurs de l'industrie et du résidentiel/tertiaire représentent également une part non négligeable de ces émissions.

Les émissions des trois principaux gaz à effet de serre (CO2, CH4, N2O) en Provence-Alpes-Côte d’Azur ont diminué de 11% sur la période 2007-2016. Au niveau national, la baisse est de 14% sur la même période. Néanmoins, depuis 2012, ces émissions restent stables, en lien avec la reprise de l’activité sur le territoire. Cette tendance est comparable à celle observée sur le territoire national. Conformément à l’accord de Paris de 2015, pour limiter l’ampleur du réchauffement climatique à 1,5°C, le GIEC indique que les émissions de dioxyde de carbone devraient être réduites d’environ 45% par rapport aux niveaux de 2010 d’ici à 2030.

Une très grande majorité des émissions de GES est liée à des consommations énergétiques fossiles. Cette énergie est également à l'origine d'une grande partie des émissions de polluants. La consommation énergétique sur le Vaucluse (1179 ktep/an) représente près de 10% de la consommation régionale (12 167 ktep/an).

ges5.png

 

secteurs_activite.jpg

Répartition des GES par type d’activité dans le Vaucluse (Source : inventaire AtmoSud 2017, version 2019)

L’essor des énergies renouvelables : zoom sur le photovoltaïque dans le Vaucluse

La région Provence-Alpes-Côte d'Azur est riche de ressources naturelles exceptionnelles et présentent de forts potentiels de production d’énergie renouvelable. Pourtant celle-ci ne couvre que 10% des consommations finales régionales. La région est donc pour l’heure très dépendante des approvisionnements extérieurs.

La production d’hydroélectricité demeure la première source de production d’énergie primaire de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur principalement grâce aux grandes installations de la Durance et du Rhône.

L’énergie solaire (photovoltaïque et thermique) est la source de production qui a connu le plus fort dynamisme ces dernières années faisant de Provence-Alpes-Côte d’Azur la première région solaire de France depuis 2009.

Dans le Vaucluse, les projets photovoltaïques se développent. Depuis 2019, la plus grande centrale photovoltaïque sur l'eau d'Europe est installée à Piolenc. D'une surface de 17 hectares, elle est installée sur un lac articifiel appartenant à la commune. L'installation sur l'eau permet un rendement supérieur des panneaux, en partie du au raffraichissement des panneaux lié à l'eau. Produire sur le lac permet aussi d'éviter les conflits d'usage du sol, qui peuvent être préservés pour la biodiversité et l'agriculture. Ce type d'installation constitue une reconversion exemplaire d'activités industrielles ou de carrières passées.

La commune, d'une population de 5000 habitants, est l'une des premières en France a produire plus d'énergie qu'elle n'en consomme.

La centrale photovoltaïque de Piolenc, en chiffres :

  • 17 ha occupés par les panneaux solaires sur un lac artificiel de 50 ha
  • 47 000 panneaux
  • 17 MWc de puissance installée
  • 4 700 foyers : c'est l'équivalent des consommations couvertes par la production annuelle de la centrale
  • 1 100 tonnes de CO2 évitées par an