Surveillance et études dans les Alpes-Maritimes : une expertise au service de tous

Retour à la fiche bilan
Photo station Cians
Partager :

Depuis 1991, AtmoSud (nouveau nom d'Air PACA, est présente dans les Alpes-Maritimes, territoire très peuplé et contrasté, entre mer et montagne.

Un dispositif de surveillance 24h/24, 7j/7 pour informer, prévoir et agir

AtmoSud possède un dispositif interrégional de surveillance continue de l’air (24h/24, 7 jours/7), dont plus d’une dizaine de stations fixes implantées dans les Alpes-Maritimes. Elles sont principalement implantées dans les zones urbanisées. Cependant, l’arrière-pays est également équipé de quelques stations.

analyseurs dans les Alpes-Maritimes

La surveillance de la qualité de l’air est menée grâce à des capteurs installés sur le terrain, des outils de modélisations et des campagnes de mesures ponctuelles. Ces campagnes de mesures temporaires et régulières permettent d'affiner la surveillance du territoire et d'adapter les moyens déployés.

AtmoSud cartographie les concentrations en polluants au quotidien, prévoit la qualité de l’air sur les jours à venir.

  • Plus précisément, la modélisation s’appuie sur des plateformes urbaines de modélisation, développées sur les agglomérations de la région, afin de connaître les niveaux en NO2 et en PM10 à l’échelle de la rue. Dans les Alpes-Maritimes, la façade littorale de Théoule-sur-Mer à Villefranche-sur-Mer, couverte par une plateforme de modélisation, est cartographiée en haute définition (précision variable de 10 à 500 m selon la densité des sources). Les villes d’Antibes et Nice bénéficient chacune d’un module prévisionnel permettant de disposer des prévisions de qualité de l’air à 2 jours avec une précision de 10 à 100 m. La cartographie et la prévision sont des outils complémentaires indispensables à la mesure.

  • Des campagnes de mesures ponctuelles viennent renforcer le dispositif permanent de mesure et sont un complément essentiel pour une surveillance adaptée aux territoires.

  • Enfin, 11 stations de mesures permanentes sont implantées sur le département et surveillent l’ensemble des polluants réglementés, en cohérence avec les sources de pollution de leur environnement proche. Elles contribuent à suivre l’évolution des niveaux, connaître le comportement des polluants, déterminer les tendances mais aussi confirmer les estimations issues de la modélisation.

Consulter la carte des stations de surveillance.

Consulter les données statistiques 2017 par polluant.

Une surveillance au-delà du réglementaire

Les pesticides, présents à la ville comme à la campagne, sont mesurés dans les Alpes-Maritimes depuis 2012. Tout d'abord à Cannes en 2012 et 2013 puis à Nice depuis 2014. Entre 2012 et 2016, le nombre de pesticides détectés est en baisse.

Pourquoi est-ce important de mesurer les pesticides dans l’air ?
Il est essentiel de connaître l’exposition aérienne des populations vis-à-vis de ces substances phytosanitaires. Pour cela, une base de données a été créée afin d’établir un état des lieux des niveaux de pesticides dans l’air, mieux comprendre l’évolution des concentrations dans les différents secteurs (parcs et jardins, milieux agricoles, viticoles…), mais également pour informer les différents publics et accompagner les acteurs de la santé et de l’agriculture. Jardiner autrement, c’est aussi préserver sa santé !

Le black carbon (BC) ou carbon suie : mesure en continu en Nice

Le BC est issu de la combustion incomplète de combustibles d’origine fossile ou de la biomasse. Ses sources principales sont la combustion des moteurs véhiculaires (diesels essentiellement), le chauffage résidentiel au bois, au fioul et au charbon, le brûlage de déchets verts et agricoles, les incendies de forêts.

Le site de mesure de Nice se caractérise par les contributions de la combustion du bois les plus importantes qu'à Marseille et Port-de-Bouc. Les conditions météorologiques ont une forte influence sur les niveaux de black carbon : plus la stabilité atmosphérique est forte, plus il y a accumulation des polluants et donc de fortes concentrations mesurées.

Consulter les rapports d'étude sur la composition chimique des particules PM10 à Marseille, Nice et Port-de-Bouc

Anticiper et réagir face à des épisodes de pollution

Le département des Alpes-Maritimes est un des territoires les moins concernés par les épisodes de pollution en raison de sources industrielles moins importantes que dans l’ouest de la région PACA, souvent à l’origine des épisodes de pollution à l’ozone en été et aux particules fines en hiver.

Au total aucune journée d’épisodes de pollution n'a été relevées en 2018 dans les Alpes-Maritimes. 36 jours d'épisodes de pollution ont eu lieu en région Provence-Alpes-Côte d'Azur en 2018 dont 30 pour l'ozone et 6 pour les PM10.

Dans les Alpes-Maritimes, aucune procédure d’information-recommandations de la population n’a été activée pour le dioxyde d’azote depuis 2009. De plus, la procédure d'alerte pour ce polluant n'a jamais été déclenchée depuis sa mise en application.

Episode de pollution, qu’est-ce que ça signifie ? En savoir plus sur les épisodes de pollution

Impact du transport maritime sur la qualité de l'air sur Nice

Les activités maritimes de transport de marchandises et de personnes ont un impact sur l’environnement, la santé et le climat. Ainsi, la problématique de la qualité de l’air dans les villes portuaires, comme Nice, est étudiée depuis plusieurs années par les observatoires régionaux et notamment par AtmoSud.

Les émissions de polluants des navires sont dues à la combustion de carburant nécessaire à leur propulsion ainsi qu’à la fourniture d’énergie à bord. Leurs carburants, moins raffinés que ceux utilisés par les véhicules routiers, entraînent des émissions plus importantes, notamment d’oxydes d’azote, de dioxyde de soufre et de particules fines.

Le transport non routier (ferroviaire, aérien et maritime) génère 2,2 % des émissions de polluants dans le département des Alpes-Maritimes. La part du transport maritime à quai représente plus de 20% des émissions de dioxyde de soufre dans ce territoire. Des émissions ont également lieu en mer et sur les phases d'approches le long du littoral.

En collaboration avec Qualitair Corse et avec le soutien de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, AtmoSud a organisé, le 14 novembre 2017, une journée de travail et de partage sur le thème de la qualité de l’air et des ports "Journée Méditerranéenne de l’Air - Les Ports" en réunissant plus de 300 acteurs. Cette journée a permis des échanges constructifs afin de concilier le développement de l’activité maritime avec la qualité de vie des citoyens. Consulter le Carnet de Ports.