Suivi de la qualité de l'air autour des ports de la rade de Toulon

Partager :
petite_rade_de_toulon_vue_du_mont_faron.jpg
Etude
En cours
Partenaire(s) :
Du
15 juin 2021
au
31 octobre 2022

Ports de la rade de Toulon : Port de Toulon, Terminal Fret de Bregaillon, Saint-Mandrier
Pourquoi cette étude ?

En 2019 sur le territoire de la métropole Toulon Provence Méditerranée, 123 000 habitants résident dans une zone où les concentrations en particules fines PM2.5 dépassent les recommandations de l’Organisation Mondiale de la Santé, et 2 500 dans une zone où les concentrations en dioxyde d’azote (NO2) dépassent la valeur limite réglementaire.

Les navires émettent des polluants issus de la combustion des carburants :

  • Sous forme de gaz : oxydes d’azote (NOx), dioxyde de soufre SO2, monoxyde de carbone CO, dioxyde de carbone (CO2)
  • Sous forme particulaire : PM10, PM2.5, métaux, sulfates, carbone suie...

Une partie de ces polluants est similaire à celle produite par d’autres types d’activités, comme les transports routiers. Néanmoins, des analyses permettent de mieux caractériser la signature des navires, comme le comptage des particules et l’interprétation de l’origine géographique des panaches.

A Toulon, en 2018, les émissions du secteur maritime représentent 21 % des émissions de particules fines PM2.5 et 40% des émissions d’oxydes d’azote (NOx). A La Seyne-sur-Mer, commune située à l’ouest de la rade, les émissions du secteur maritime représentent 19 % des émissions de particules fines PM2.5 et 21 % des émissions d’oxydes d’azote.

Dans ce contexte, AtmoSud a déjà déployé depuis juin 2020, avec le soutien financier de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur :

  • une cabine de mesures mobile sur le toit de la Direction Départementale des Territoires et de la Mer (DDTM 83)
  • une campagne d’échantillonnage par tube passif,
  • des appareils de mesures de comptages de particules ultrafines chez les riverains à proximité du port de Toulon

Cette nouvelle étude a comme principal objectif de poursuivre la surveillance de la qualité de l’air engagée 2020 dans les zones impactées par l’activité maritime autour de la rade de Toulon, pour permettre l’accompagnement des acteurs portuaires dans leur politique territoriale air en lien avec les aménagements en cours (électrification des quais) et apporter des réponses concrètes aux populations riveraines.

Que peut-on en retenir ?

Cette étude en cours s'étendra de juin 2021 à septembre 2022.

Un bilan intermédiaire des résultats de mesures à l'issu de la période estivale 2021 sera publié à l'automne 2021.

Un bilan final sera publié à la fin de la campagne à l'automne 2022.

Les moyens mis en œuvre

Pour répondre à ces objectifs, AtmoSud propose de poursuivre la mobilisation de la cabine à proximité du terminal ferries de Toulon, tout en mobilisant des moyens de mesure complémentaires, nécessaires à la caractérisation de la pollution maritime sur l’ensemble de la rade.

  • Terminal ferries Toulon Côte d'Azur (TCA) : La cabine de mesures mobile jusqu'ici installée sur le toit de la Direction Départementale des Territoires et de la Mer (DDTM 83) est déplacée à l'entrée de l'enceinte portuaire, plus souvent exposée aux vents provenant des quais des navires
  • Terminal Fret Brégaillon de La Seyne-sur-Mer : cabine mobile installée au coeur du terminal, sous l'influence de la zone portuaire
    • fin juillet 2021 - fin septembre 2021 : mesures de NOx/PM2.5/SO2/météo
  • Parc d'Activités Mrines de Saint-Mandrier-sur-Mer : cabine mobile installée sous l'influence des navires entrants et sortants dans la rade
    • fin juillet 2021 - fin septembre 2021 : mesures de NOx/PM2.5/SO2/météo

Lien avec le projet AER NOSTRUM

AER NOSTRUM est un projet du programme Européen MARITTIMO de 3 ans (2020-2023) dédié aux territoires du Var, Alpes Maritimes, Corse, Sardaigne, Ligurie et Toscane. La thématique générale du projet est l’étude de la qualité de l’air dans les ports de Gênes, Livourne, Cagliari, Ajaccio, Bastia, Nice et Toulon.

L'objectif général est de contribuer à l'amélioration de la qualité de l'air dans les alentours des ports tout en favorisant la croissance soutenable des activités portuaires, conformément à la législation en vigueur et aux politiques environnementales européennes. Le projet réalisera pour celà un observatoire transfrontalier pour le suivi de la qualité de l'air à travers une approche basée sur l’implémentation de modélisation et de prévision, la comparaison et l'harmonisation des méthodologies de suivi et sur le partage des données. Des stratégies possibles d'atténuation des émissions seront ainsi définies avec les parties prenantes et évaluées par la modélisation.

Une des composantes du projet est la tenue d'une campagne de mesures à Toulon avec la participation du laboratoire de chimie-environnement de l'université d'Aix Marseille, réalisée de manière complémentaire à celle présentée dans cette fiche-étude. Ainsi, seront ajoutés :

  • Terminal ferries Toulon Côte d'Azur (TCA) :
    • 23 août au 3 septembre 2021 : mesures de black carbon, granulométrie des particules, et analyse chimique des PM1
    • Mi-août à mi-septembre 2021 : microcapteurs installés autour du site
Thématiques
Transports maritime, aérien et ferroviaire
Outils de surveillance et information
Etat des lieux qualité de l’air
Zone(s) concernée(s)
CA Toulon Provence Méditerranée
La Seyne-sur-Mer
Saint-Mandrier-sur-Mer
Toulon

En savoir plus, contactez :
M
Sylvain Mercier