PIRATE : Élaboration et validation d’inventaires des émissions portuaires

Vignette
Port de Toulon CCI

Publié le 1 septembre 2021

Contenu
Contenu

Du 1 septembre 2021 au 31 août 2024

PACA, France

Partenaire(s) :

imt nord
logo cerea
logo incheon université
Logo Laboratoire Chimie Environnement
logo atmo
logo atmo normandie
 
atmo HDF

Pourquoi cette étude ?

pirate

Le but du projet PIRATE est de parvenir à l’élaboration et la validation d’inventaires des émissions portuaires en temps réel.

Les émissions atmosphériques des navires représentent une source significative de polluants gazeux et particulaires dans l’atmosphère qui  nécessitent d’être  quantifier.

L’exploitation de données spatio-temporelles très fines représente donc un levier intéressant pour améliorer la précision des calculs des émissions des navires

Le projet PIRATE est complémentaire de plusieurs projets en cours portant sur les émissions des navires et dans lesquels AtmoSud est impliqué :

  • projet SCIPPER (H2020) (https://www.scipper-project.eu) sur le développement et évaluation de systèmes de surveillance des émissions du transport maritime, fixes ou embarqués. (Zone portuaire de Marseille),
  • projet PAREA (ADEME) sur la zone portuaire de Marseille, visant à apporter des connaissances nouvelles sur les émissions de particules primaires et de précurseurs de particules secondaires,

  • projet Aer Nostrum (INTERREG MARITTIMO) sur la zone portuaire de Toulon, où une campagne de mesures déjà prévue en septembre 2021 sera exploitée a posteriori dans le cadre du projet PIRATE.

  • Projet ARCADIA (AQACIA) sur la zone portuaire de Nice, développe et déploie une solution d’imagerie optique et d’intelligence artificielle innovantes couplée à la modélisation fine-échelle et aux mesures de référence pour un meilleur suivi de la qualité de l’air à l’échelle d’un port et de ses quartiers environnants.

 

Logo AQACIA
Logo_ademe

 

 

 

 

 

 

 

Le projet PIRATE vise à :

  • améliorer la méthodologie d’estimation des émissions de navires en zone portuaire en France, à partir de données dynamiques (mouvements géolocalisés des navires dans la zone portuaire) et statistiques (estimation des émissions de polluants à partir des caractéristiques des navires) ;

  • mieux caractériser les émissions des navires, en étudiant leur évolution et leur contribution à la pollution de l’air d’une zone urbaine

Chiffres clés : 

  • Programme : AQACIA

  • Financement : ADEME

  • Budget : 257 600 €

  • Durée : 36  mois

  • 7 Partenaires : IMT Nord Europe, Laboratoire Chimie Environnement (LCE- Aix Marseille Université),  CEREA (Ecole des Ponts PariTech), Atmo Normandie, Atmo Hauts-de-France,  Incheon National University (INU, Corée du Sud), AtmoSud

 

Les moyens mis en œuvre

Des campagnes de mesures fourniront une caractérisation exhaustive et à haute résolution temporelle des émissions gazeuses et particulières des navires, dans différents ports français :

  1. Le Havre: un mois de mesures (Atmo Normandie)

  2. Toulon : post-traitement des données de la campagne AerNostrum (09/2021), AtmoSud–LCE-CNRS)

  3. Dunkerque : un mois de mesures (Atmo HdF, INU, LCE, IMT NE)

Un prototype d’outil intégré appelé PAQman sera déployé en parallèle sur les ports concernés pour l’estimation en temps réel des émissions à partir de données géolocalisées et des caractéristiques propres à chaque navire (INU).

En savoir plus, contactez :

M Alexandre Armengaud